Un toulousain à l’Elysée : David Saforcada, le trublion de la droite...

Un toulousain à l’Elysée : David Saforcada, le trublion de la droite souverainiste

276
PARTAGER

saforcada-630x0

Stratégie, identité, instruction, Histoire, religion, économie, droit, constitution… David Saforcada, leader de France Bonapartiste et contributeur au Bréviaire des patriotes a accepté de nous rencontrer afin de nous présenter sa candidature à l’élection présidentielle de 2017

David Saforcada n’en est pas à son premier essai dans la course à la présidentielle. Déjà en 2012, en réaction à son mouvement politique, il avait menacé de se présenter. Mais cette fois, il le promet, c’est sérieux.

« Je ne fais pas cette campagne contre Nicolas Dupont-Aignan »

Le président de France Bonapartiste, ancien responsable départemental de DLF rassemble ses soutiens. Anciens de Debout La France, de la droite populaire, et même du Front National – dans sa version light tient il à nous préciser – il est rejoint de toute part dans un combat qui se veut d’« idées ».

« Je suis en permanence en campagne »

Toujours employé dans la région Toulousaine, David Saforcada a obtenu de son employeur des horaires adaptés lui permettant de répondre aux sollicitations de la presse, aux rendez-vous politiques qu’il organise mais également à une campagne de terrain « dès qu’il en a la possibilité ». Pour faire face à cette campagne, une équipe a été constituée, présente sur l’ensemble du territoire national à l’exception de la Bretagne et des DOM-TOM. Délégués, directrice de programme ou encore militants, la plupart sont issus de son mouvement de FB et assurent le démarchage des 500 signatures.

« Nous avons des retours très positifs, notamment dans l’Est de la France »

Ces 500 signatures justement représente la principale difficulté des candidats ne bénéficiant pas de l’appui d’importantes structures politiques. À ce jeu là, le candidat fait en sorte de réunir toutes ces signatures même s’il admet parfois se retrouver en difficulté. La principale étant selon lui issue de la pression politique que reçoivent les maires pour donner leurs signatures aux candidats naturels de leurs partis. D’ailleurs, M. Saforcada propose à ce sujet de rendre le parrainage obligatoire et de permettre à chaque signataire possible de signer deux fois.

« Je représente ce que je connais »

David Saforcada se veut également défenseur de la France qui se lève tôt. «Il faut obliger le politique à rester terre à terre (…) à ne pas engager des propres membres de sa famille lorsqu’il est élu ; De Gaulle lui payait son électricité à l’Elysée ! ».

Alliances

Au sujet des alliances, très actuelle avec la récente confrontation entre NDA et FP, il déclare être prêt avec une alliance avec le Front National… de Florian Philippot, mais préfère rassembler au delà des clivages politiques jugés « dépassés ».

L’identité et laïcité

« Ma vision de l’Etat est celle de Renan ; j’ai servi avec des gens de toute origine et on peut être Français tout en étant musulman ou noir, mais la patrie reste prioritaire ».

Concernant l’Islam, le candidat se veut pragmatique : Inclure l’Islam qui respecte un code de « bonne conduite », mais dissoudre le CFCM dont les présidents ne sont même pas Français.Pour lui, une religion ne doit pas chercher à s’imposer.

L’instruction publique doit changer, revenir aux fondamentaux, à l’égalité et à la méritocratie. Il souhaite mettre fin au collège unique par l’instauration d’un « collège modulaire », mettre en avant les meilleurs, revoir la formation des professeurs. Il déclare « l’élitisme est une bonne chose à partir du moment où il s’ouvre ».