la soeur de Fabien Clain interpellée à Roissy et placée en garde-à-vue

la soeur de Fabien Clain interpellée à Roissy et placée en garde-à-vue

277
PARTAGER

Anne Clain,  sœur de Fabien Clain (surnommé Omar) vétéran du djihadisme français, a été interpellée mardi soir avec son mari et leurs enfants à l’aéroport de Roissy en provenance de Turquie après être partis en Syrie.

Anne Clain et son second mari, Mohammed Amri, de nationalité tunisienne, ont été placés en garde à vue à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) en compagnie du plus âgé de leurs enfants, un mineur de 16 ans.

Selon les premiers éléments d’enquête, cette famille était partie en Syrie avec des « velléités » de se rendre « sur le théâtre des opérations » en août 2015. Ils ont été interpellés par les autorités turques un an plus tard en juillet 2016 à la frontière turco-syrienne et placés en rétention en Turquie.  Le couple et leurs quatre enfants ont été acheminés vers la France, sous escorte, mardi soir et ont aussitôt été interpellés à leur descente d’avion pour être interrogés par la DGSI à son siège de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Leurs trois autres enfants, mineurs également, ont pour leur part fait l’objet d’une mesure de placement, selon une source judiciaire.

Pour mémoire, Fabien Clain, né le 30 janvier 1978 à la Réunion, est un djihadiste français. Il est suivi par les services antiterroristes depuis 2001. C’est lui qui, au nom de l’organisation État Islamique, a revendiqué, dans un communiqué audio, les attentats du 13 novembre 2015 en France, qui ont fait 130 morts et 352 blessés. Il serait un « porte-parole » de l’organisation terroriste État islamique.

Après avoir passé son enfance à Alençon, dans l’Orne et avoir rencontré à l’école primaire  Mylène, qui deviendra son épouse à 21 ans, il se convertit en 2000 (tout comme son frère et ses deux sœurs) à l’islam avec sa femme et part s’installer à Toulouse. À cette époque, Clain est rappeur amateur : il écrit des chansons et son frère, Jean-Michel, les chante. Il se qualifie alors de « rappeleur », car il écrit des chansons à la gloire de la religion musulmane. Fabien et son frère Jean-Michel épousent des converties entièrement voilées.

C’est à Toulouse, dans le quartier du Mirail, que Clain s’est radicalisé, de même que son épouse qui a commencé à porter le niqab. Grâce à son charisme, son allure bonhomme et protectrice (1 m 88 et plus de 100 kilos), il embrigade de nombreuses personnes, dont le djihadiste Sabri Essid, le beau-frère de Mohammed Merah, l’auteur des tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Il est considéré comme le cerveau de la filière dite d’Artigat* qui envoie des recrues au Proche-Orient. Elle est démantelée à la fin des années 2000 et Fabien Clain est condamné à une peine de cinq ans de prison en 2009. Libéré en 2012, il s’installe à nouveau à Alençon puis à Toulouse, avant de gagner la Syrie en mars 2015 avec son frère.

Au printemps 2014, il part en Syrie avec sa femme et ses enfants dans les rangs de l’État Islamique, et apparait sur des vidéos du groupe terroriste.

Il est de retour à Toulouse pour acheter du matériel d’enregistrement fin janvier 2015, quelques semaines seulement après les attentats de janvier 2015 en France. C’est probablement avec cet équipement qu’il a, par la suite, réalisé la vidéo de revendication des attentats du 13 novembre 2015 en France. Il repart vers la Syrie en mars 2015.

*La filière d’Artiguat du nom d’un petit village de l’Ariège, animé par Olivier Corel dit l’émir blanc , est soupçonnée d’avoir envoyé et d’envoyer encore depuis la région de Toulouse nombre de jeunes djihadistes en Irak et aujourd’hui en Syrie, dans les frontières de l’État islamique.