Steeve Briois à Toulouse : « Nous incarnons la résistance » !

Steeve Briois à Toulouse : « Nous incarnons la résistance » !

237
PARTAGER

Steeve Briois, député Européen et maire d’Hénin-Beaumont l’affirme : « J’ai l’amour de la France au plus profond de moi ». Il est ce militant, arrivé à l’époque de Jean-Marie Le Pen, presque un historique, toujours présent. Il incarne surtout la victoire, la plus symbolique de toute, celle d’Hénin-Beaumont. Vainqueur au premier tour des élections de mars 2014, sa réussite est le fruit de plus de 15 ans de travail de terrain, de maillage du territoire.  Il n’a d’ailleurs jamais cessé de le répéter dans son meeting le soir même :

« Je suis la preuve qu’on peut gagner avec tout le système contre nous ».

Présent à Toulouse pour la rentrée politique du Front National de la Haute-Garonne, l’élu en profite pour féliciter le travail de Julien Leonardelli, secrétaire départemental du FN31, notamment l’augmentation de 10% du nombre d’adhérents dans le département, permettant aujourd’hui au parti d’en afficher plus de 3350.

Une réunion placée sous le signe de  l’offensive mais aussi de l’inquiétude.

Pour Steeve Briois, la France vit des heures sombres, son identité est menacée et au rythme où vont les choses « elle aura la burqa puissance 1000 et une insécurité permanente ». Affichant un ton volontairement dramaturgique, pour lui, « cette élection présidentielle, c’est maintenant ou jamais », signe aussi, peut-être, d’une lassitude dans l’attente de la victoire. Parce que derrière ce discours volontairement négatif, le parti cherche maintenant à s’attribuer lui aussi les valeurs de la République, mêmes celle que leurs adversaires tentent de leur refuser. Il déclare à ce propos : « Nous sommes le seul mouvement républicain dans une république ayant perdu ses fondamentaux ». Même sur le terrain des idées, le Front National avance…

Et Steeve Briois ne manque pas de rappeler que son parti est en marche. Non seulement, il y aurait au Front National suffisamment de cadres pour occuper les ministères, mais en outre, de nombreux fonctionnaires d’État et des collectivités territoriales s’y préparent. Ainsi pour l’éducation nationale, l’élu se félicite du nombre d’enseignants « basculant » dans le giron de son mouvement tout en admettant sa relativité.

En dehors de ces formalités de rigueur, aucune annonce particulière, mais une petite incohérence : Alors que Marine Le Pen annonce à qui veut l’entendre qu’un référendum sera réalisé sur la sortie de l’euro, pour Steeve Briois le programme sera appliqué sans autre forme particulière de consultation que l’élection présidentielle.

Pour conclure, pas d’annonces fracassantes, pas de propositions d’actions d’envergures, pas de grandes surprises pour lancer cette année militante dont le point d’orgue devrait être ces élections présidentielles de 2017 . Mais, comme l’écrivait Racine dans Les Plaideurs, qui veut voyager loin ménage sa monture.