Nuit Debout Toulouse lance son année militante …

Nuit Debout Toulouse lance son année militante …

549
PARTAGER

Le collectif d’extrême-gauche « Y’a pas d’arrangement ! », issu du collectif «Nuit Debout» a fait sa rentrée par une première action choc hier samedi. Les militants se sont retrouvés pour leur premier happening de la saison place Esquirol en début d’après-midi, pour lancer leur « aujourd’hui, c’est métro gratuit ! ».

Pour protester contre la hausse des tarifs Tisséo, annoncée en début de mois par le syndicat mixte des transports, les militants ont invité les passagers à pénétrer gratuitement dans le métro à la station Jean-Jaurès, dans le centre-ville de Toulouse. Accrochant des portraits de Jean-Luc Moudenc aux portillons d’accès, ces derniers ont été momentanément désactivés laissant ainsi passer librement les voyageurs.

« La hausse des tarifs dans les transports pour les jeunes et les seniors, mais également pour l’ensemble de la population des chômeurs et salariés est insupportable… Il ne faut pas faire payer la facture aux plus précaires ».

La demande du collectif face à cette hausse n’est rien de moins que la « la gratuité des transports pour toutes et tous.» Rien que ça.

Même, si une partie des étudiants toulousains sont concernés, comme le soulignait dans nos colonnes Marie Glinel, du syndicat étudiant UNI : « Cette hausse reste dérisoire. Je pense que c’est simplement un règlement de compte avec la mairie qui n’a pas l’étiquette politique qui leur plaît ».

Comme le précisait il y a quelques semaines Jean-Michel Lattes, Président du SMTC Tisséo, et vice-président de la métropole en charge des Transports et de la Mobilité : « Ce choix s’inscrit dans une logique sociale et solidaire. Sur les 122 000 étudiants à Toulouse (chiffre Crous 2013), 35 700 sont boursiers et pour eux, le tarif ne changera pas. Pour 2 500 d’entre eux (ceux de l’échelon 7), ils auront même la gratuité. Quant aux seniors et aux demandeurs d’emploi, le simple état d’une personne ne pourra plus donner des droits. Il y a des seniors et des demandeurs d’emploi qui bénéficient de forts revenus, or ils voyagent gratis. On ne considérera plus l’appartenance à une catégorie mais leur capacité ».

«Il n’y aura pas d’arrangement non plus sur la loi Travail … Nous descendrons encore et aussi souvent qu’il le faudra dans la rue pour faire valoir nos droits.» prédisent les manifestants. Encore de « belles »journées à Toulouse en prévision pour les semaines à venir. Heureusement, l’arrivée des premiers froids et les fraîcheurs nocturnes devraient avoir raison de l’ardeur révolutionnaire des militants de Nuit Debout.