Adieu Mademoiselle, Eugénie Bastié à Toulouse le 18 novembre.

Adieu Mademoiselle, Eugénie Bastié à Toulouse le 18 novembre.

862
PARTAGER

Eugénie Bastié, née à Toulouse d’un père paysagiste et d’une mère médecin nucléaire, est journaliste et essayiste. Elle grandi à Pibrac en Haute-Garonne  au sein d’une famille nombreuse avec ses 4 frères et sœurs. Elle sort diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris en 2014, et obtient une licence en philosophie à Paris IV.

Elle s’engage dès 2013 dans les mouvements issus de La Manif Pour Tous. Elle collabore à partir de 2013 à Causeur, site internet et hebdomadaire dirigé par Élisabeth Lévy. Après un stage au Figarovox, site de débats et d’opinions du Figaro, elle est embauchée sur le site internet du Figaro en 2015.

Elle devient ensuite rédactrice en chef du service politique de la revue d’« écologie intégrale » Limite, créée en 2015 avec Gautier Bès de Berc, Camille Dalmas et Paul Piccarreta, qui se définit comme « une revue de combat culturel et politique, d’inspiration chrétienne ».

En avril 2016 paraît son premier essai Adieu mademoiselle : la défaite des femmes aux éditions du Cerf. Elle y dénonce certains travers du féminisme et se dit elle-même « pro-vie », « antilibérale », mais refuse l’étiquette de « réac ». Elle croit à la notion d’« héritage » mais pas à celle de « progrès ». Gérard Leclerc écrit sur cet essai : « surtout dialectiquement ciselé, très informé et portant le fer au cœur même d’un des débats les plus cruciaux de l’époque. ».

« Abolir la prostitution, mais autoriser la GPA. Supprimer la différence des genres, mais exiger l’égalité des fonctions. Réclamer l’abolition de la maternité, mais accepter l’imposition du voile. Se proclamer progressiste, mais enchaîner la condition féminine au Marché… Soixante-dix ans après Simone de Beauvoir, Eugénie Bastié dévoile ici, d’une plume enlevée et implacable, la misère du néoféminisme contemporain.».

Eugénie Bastié sera l’invitée de l’association toulousaine Face à Face présidée par Marie Coquelin le 18 novembre prochain pour présenter et débattre autour de son premier essai.

faf-bastie