Carole Delga « la démocratie pour tous »

Carole Delga « la démocratie pour tous »

470
PARTAGER

Hier, mercredi 4 janvier, la Région Occitanie célébrait le premier anniversaire de la Présidence de Carole Delga. Surtout marquée par la réforme des territoires, qui regroupe depuis les dernières élections en 2015 l’ancienne région Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, sous le nom d’Occitanie. Une fusion sous prétexte de vouloir faire des économies, mais est-ce vraiment le cas ?

Précédemment, le Midi Pyrénées comptait 91 élus au conseil régional, contre 68 du côté du Languedoc Roussillon. Depuis la réforme du gouvernement ce sont 158 conseillers régionaux qu’il faut entretenir. Le score est moindre que les deux régions accumulées, mais les frais sont bien plus importants. Outre le salaire de chaque élu, les frais de déplacement surenchéri les dépenses du budget. Dans cette région aussi grande que l’Irlande, un conseiller doit parfois parcourir plus de 320 kilomètres pour assister à une séance. Ce à quoi il faut ajouter le remboursement des nuits à l’hôtel.

De plus le nombre de siège ayant augmenté, toute l’assemblée ne peut se réunir pour les séances plénières dans l’un des deux hôtels de région. Que ce soit à Toulouse ou à Montpellier, fragilisé par les intempéries de l’année dernière. Chaque mois, Carole Delga loue donc la grande salle du Parc des expositions de Montpellier, qu’elle fait aménager pour un montant s’élevant à plusieurs milliers d’euros à chaque édition. Elle envisage même la construction d’un nouvel hôtel de région pour pallier à ce manque de place.

Mais Carole Delga s’est aussi illustrée en démontrant sa solidarité envers les autres. Bien qu’un grand nombre de français soient encore privés de logements, de travail, ou vivant dans une précarité accrue, la présidente socialiste a décidé de doubler l’aide d’Etat envers les migrants. Ce ne sont plus 1 000€ mais bien 2 000 euros que chaque migrant reçoit désormais dans la région. Combien sont-ils ? Les chiffres sont encore imprécis, tant la transparence sur ce sujet paraît impensable. Un village ariégeois, dont le maire communiste a souhaité accueillir quelques dizaines de clandestins, a même eu les honneurs de l’ancienne ministre. La région offrira des gadgets high tech (téléphones, ordinateurs) à ces nouveaux arrivants. De quoi leur souhaiter la bienvenue.

Ce qui frappe le plus depuis son élection pour l’opposition, incarnée par France Jamet, présidente du Groupe FN/RBM de la région, c’est la démocratie bafouée chaque fois encore plus. Création d’une commission privée par la présidente auquel aucun conseiller frontiste ne soit convié, baisse du temps de parole de l’opposition, passant de 4 à 2 minutes. Et puis les nombreuses interruptions des élus en pleine intervention. Infos Toulouse vous a concocté un premier best of sur la vision de la démocratie d’après Carole Delga. On vous laisse apprécier son petit cours d’histoire qui suit.