Jean Paul Brighelli à Toulouse le 13 janvier

Jean Paul Brighelli à Toulouse le 13 janvier

290
PARTAGER

L’association Face à Face fait sa rentrée ce vendredi 13 janvier, salle Osète. Elle entame 2017 sur le thème de la francophonie, puisqu’elle invite Jean-Paul Brighelli. Enseignant, journaliste au Point et à Causeur, essayiste, l’homme incontournable dans la défense de l’Ecole présentera son nouvel essai : « Encore eût-il fallu que je le susse/La mort programmée du français ». Un début d’année très chargé, puisque Marie Laffly, présidente de l’association recevra Eric Zemmour le 2 février et André Bercoff le 24 février.

Dans sa longue carrière, l’écrivain corse a publié un grand nombre d’essais sur des écrivains et œuvres littéraires (Sade, Alexandre Dumas, Maupassant, Malraux, Les Liaisons dangereuses, etc.), sur des sites (Le mont Saint Michel) ou régions géographiques (en particulier sur la Corse), et plusieurs fictions, dont des œuvres érotiques, écrites sous pseudonyme, ainsi que le roman Pur porc (éd. Ramsay). Il préface en 2010 La Croisière du Dazzler de Jack London (éd. Phébus), puis en 2011 Les perles des bulletins de notes.

Jean-Paul Brighelli a été révélé au grand public en 2005, lors de la parution aux éditions Gawsewitch de La Fabrique du crétin, premier opus d’une série de quatre ouvrages fustigeant le déclin du système scolaire français au cours des dernières décennies, et cherchant à y apporter des solutions. Après cet ouvrage puis À bonne école en avril 2006, il publie Une école sous influence ou Tartuffe-Roi en octobre 2006 puis Fin de récré en 2008.

Il bénéficie d’une assez forte présence dans les médias. Appelant de ses vœux « une refondation de l’école », il milite en particulier contre les options des « pédagogistes » représentés par Philippe Meirieu et pour un retour aux fonctions traditionnelles de l’école : la transmission des savoirs, l’apprentissage de connaissances et l’élitisme républicain. Pour atteindre ces objectifs, il est favorable à la suppression du collège unique, la rénovation de la classe de seconde, la sélection des lycéens à l’entrée de l’Université, et la restauration de l’IPES pour choisir et former les futurs enseignants.

En 2007-2008, il collabore à l’élaboration des nouveaux programmes du primaire, puis à la réécriture des programmes de français en collège.

Candidat sur la liste de l’Union pour l’école républicaine (regroupant notamment le SNALC, le SNCL ou le SCENRAC-CFTC) pour le Comité technique ministériel de l’Éducation nationale, du 13 au 20 octobre 2011, il publie à cette occasion un texte intitulé « Élection, piège à cons ».

De 2005 à 2012, Jean-Paul Brighelli tient un blog intitulé Bonnet d’Âne, consacré à l’éducation et hébergé par le site du journal Le Midi Libre, dans lequel il prolonge la réflexion menée dans ses livres et invite ses lecteurs, sympathisants et détracteurs à s’exprimer. Il met un terme à ce blog en mai 2012, puis lui redonne naissance sur le site Causeur.fr en septembre 2012.

En 2015, il porte un regard très critique sur la réforme de l’enseignement au collège de Najat Vallaud-Belkacem, en déclarant qu’il n’y a « rien à garder, à part les bonnes intentions ».

Il rejoint Debout la France en janvier 2015, en tant que délégué national à l’École de la République ; il est également conseiller éducation du président Nicolas Dupont-Aignan. En 2016, il participe aux « Estivales de Marine Le Pen » organisées à Fréjus. S’il affirme qu’il « adhère à 80 % » au programme du FN sur l’éducation et situe ce parti « plus à gauche que le PS » sur ce plan, il se garde toutefois de le cautionner sur d’autres thématiques. Il plaide pour une union entre souverainistes de droite et de gauche pour l’élection présidentielle de 2017.

 

Conférence de Jean-Paul Brighelli
Vendredi 13 janvier 2017
20 heures
Salle Osète,
6 rue du Lieutenant-Colonel Pélissier
Entrée Libre