17 Janvier 1794 : Jean du Barry est guillotiné à Toulouse

17 Janvier 1794 : Jean du Barry est guillotiné à Toulouse

451
PARTAGER

Coeur de Toulouse, 17 janvier 1794. L’intrigant comte Jean-Baptise du Barry, condamné par le tribunal révolutionnaire, s’avance vers la guillotine, il a 70 ans. 

Habile, rusé, ne reculant devant rien pour parvenir à ses fins, le comte du Barry-Cérès est connu pour sa vie dissolue, ce qui lui valut rapidement le surnom de Le Roué. Jean-Baptiste Dubarry s’est notamment fait connaître pour avoir anobli en comtesse Jeanne Bécu, sa maîtresse, par un mariage blanc avec Guillaume du Barry, son frère. Après ces noces « politiques », Jean-Baptiste du Barry a fait de sa propre maîtresse l’amante du roi Louis XV. En récompense de sa complaisance, Louis XV lui accorde le comté de L’Isle-Jourdain.

À la mort dudit monarque, Jean-Baptiste du Barry, devient indésirable à la cour de Versailles. Le 11 février 1776, il achète de nombreux terrains et immeubles ainsi que l’ancien hôtel particulier du Maréchal Dejean de Roquemaure, place Saint Sernin. En 1777 il fait construire en cet emplacement un nouvel hôtel d’une rare richesse : boiseries, marbres, colonnes, fresques et peintures mythologiques ou galantes… Le tout avec les rentes que lui allouait le roi !

Malheureusement, sa vie dissolue ne le sauve pas des nouvelles mœurs révolutionnaires. Emporté par la Terreur de Robespierre, suspecté d’espionnage ou de fomenter des attentats, c’est selon, Jean-Baptiste du Barry est arrêté en 1793. Son procès est bâclé et il meut guillotiné le 17 janvier 1794.

Quant à Guillaume, son frère, suite à son mariage avec la première catin de France et de nombreux rebondissements, il s’installe au château de La Reynerie, à Toulouse, qu’il restaure selon les goûts de son siècle. Il survit heureusement à la tourmente révolutionnaire avec son fils, Alexandre Edmé, fondateur en 1831 de la Société Archéologique du Midi de la France.