3 février 1772 : Naissance de Jean-Etienne Dominique Esquirol

3 février 1772 : Naissance de Jean-Etienne Dominique Esquirol

160
PARTAGER

« De sa main droite il tient le style antique et écrit sur des tablettes ; à ses pieds est un jeune malade qu’il abrite sous son manteau et qu’il va guérir. » Legrand du Saulle

Le 3 février 1772 naît Jean-Etienne Dominique Esquirol, dans la rue des changes, une des plus anciennes rues de Toulouse, donnant sur la place qui porte aujourd’hui son nom. D’une famille de médecins, son père était administrateur de l’hôpital de la Grave.

Esquirol entreprend des études médicales et de sciences naturelles morcelées entre Toulouse et Paris et par les évènements de cette époque révolutionnaire. En l’An III (1795), il est envoyé comme élève du gouvernement à Montpellier où il obtient deux premiers prix. A Paris, il a pour maître Philippe Pinel, le père fondateur de la psychiatrie française, nosographe, inventeur du Traitement moral et réformateur des conditions d’hospitalisation des aliénés.

L’éducation et les études d’Esquirol avaient été semblables à celles de Pinel, lui aussi originaire de notre région. C’est tout naturellement que le grand aliéniste prit le jeune Esquirol comme interne à la clinique de la Salpêtrière. Il lui confie notamment la rédaction de sa Médecine clinique, éditée en 1802.

En 1805, Esquirol soutient sa thèse Des Passions – Considérées comme Causes, Symptômes et Moyens curatifs de l’Aliénation mentale. Son travail sera traduit en allemand et en anglais. En 1818, il publie Des établissements d’aliénés en France, et en 1838, Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal en deux volumes, agrémentés de 27 planches signées Ambroise Tardieu.

À travers ces ouvrages, il présente les principes essentiels de sa doctrine qui seront appliquées par la loi du 30 juin 1838,  traitant des institutions et de la prise en charge des malades mentaux.

Esquirol ouvre en 1817 le premiers cours clinique des maladies mentales qui obtient un succès immense, succès conforté par une bourse qu’il crée, d’un montant de 300F pour l’auteur du meilleur mémoire. Ces fiers élèves comptent parmi les plus grands noms de la psychiatrie : Georget, Foville, Felix Voisin, Leuret…

Le 12 décembre 1840, Esquirol est emporté par une affection pulmonaire. Son rôle a été considérable, autant en France avec ses nombreuses publications et son école, qu’à l’étranger, en particulier en Allemagne.

A. de B.