Une journaliste investie aux législatives pour Emmanuel Macron

Une journaliste investie aux législatives pour Emmanuel Macron

2669
PARTAGER
Nouvelle recrue d'Emmanuel Macron, la journaliste Sandrine Mörch portera les couleurs d'En Marche! sur la 9e circonscription de Haute-Garonne, en juin prochain.

A deux mois des élections législatives, le mouvement créé par Emmanuel Macron a investi une première série de candidats sur le territoire. La seconde interviendra avant le premier tour du scrutin présidentiel, une autre entre les deux tours avant de compléter la liste après le 7 mai. En Haute-Garonne, deux personnalités ont déjà été désignées par la commission d’investiture d’En Marche!. Il s’agit de deux femmes, une élue à la mairie de Toulouse et une journaliste de profession.

Emmanuel Macron promet de « nouveaux visages et de nouveaux usages » avec des candidats aux législatives censés incarner un renouvellement. Pour cela, le candidat à la présidentielle mise sur Sandrine Mörch, ancienne journaliste pour France Télévision et plus particulièrement à France 3 Midi-Pyrénées. Elle a aussi été élue conseillère municipale de Roquettes entre 2008 et 2014. Dans une campagne présidentielle où la caste médiatique est régulièrement accusée de jeter son dévolu sur Emmanuel Macron, l’arrivée de Sandrine Mörch symbolise cette connivence.

Choisie pour la 9e circonscription, elle affrontera le favori Christophe Borgel, député socialiste sortant, Simone Pauzin-Fournié (LR-UDI),  Éloïse Teriitaumihau (FN) et Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise).

Issue de l’équipe de Jean-Luc Moudenc, elle choisit les couleurs d’En Marche!

La seconde candidate nommée est Elisabeth Toutut-Picard, élue sur la liste de Jean-Luc Moudenc à la mairie de Toulouse, elle se présentera sur la 7e circonscription contre Françoise Borret (LR-UDI), Marie Dombes (FN) et Caroline Tempesta (PS). Un cadre du PS31 préfère ironiser sur le choix d’En Marche! : « une élue de Moudenc sur une circonscription rurale, bonjour le renouvellement ».

Jamais encartées dans un quelconque parti, ces deux recrues sont inconnues des fichiers d’adhésion du Parti Socialiste comme de ceux des Républicains.