À Toulouse, les étudiants débattent de l’Union Européenne

À Toulouse, les étudiants débattent de l’Union Européenne

163
PARTAGER
Pas facile de soumettre l'idée d'un "frexit" devant des jeunes militants de partis institutionnels. Mais l'électorat semble plus favorable à cette entreprise.

Ce lundi soir un débat étudiant trans-partisan, organisé à l’initiative de l’association Les jeunes Européens se tenait au sein de la salle Castelbou. Parmi ces jeunes ayant répondu à l’invitation : Nicolas Grigner (FN), Léo Lesne (En marche!), Victor Ermet (LR), Daniel Molina (PS). La France insoumise n’étant quant à elle pas représentée.

Le public fut également au rendez-vous. Tous les habitués de la distribution de tracts étaient présents, notamment ceux se plaignant d’une Union Européenne qui fait de moins en moins consensus. Dans un décor particulièrement bleuté par les drapeaux Européens, nous aurions presque pu nous demander si nous n’étions pas dans un camp d’endoctrinement, tant la critique des institutions européennes paraissait marginale.

Seul contre tous, le représentant du Front National à mené un combat honorable. Rappelant les intérêts d’une sortie de l’union Européenne tant pour des questions économiques que migratoires, il n’a pas ignoré que la défiance des peuples vis à vis des institutions Européennes mettait en danger le sentiment européen (cf : L’Union Européenne contre l’Europe).

Jouant sur l’humour ou le pathos, les candidats LR et PS n’ont pas moins été incisifs. Si les positions avaient du mal à émerger, le public leur était acquis. Preuve encore que ces mobilisations restent à l’avantage des partis de gouvernement. Cette campagne présidentielle, catastrophique pour ces mouvements remettra t-elle les choses en ordre ?