Remise des prix des Jeux floraux du 3 mai au Capitole

Remise des prix des Jeux floraux du 3 mai au Capitole

188
PARTAGER

Par cette belle journée du 3 mai, plus de deux cents personnes se sont donné rendez-vous dans la salle des Illustres du palais du Capitole.

Tradition depuis 1324, la fête des Fleurs du 3 mai récompense les meilleurs poètes et écrivains du concours des Jeux floraux, concours institué par sept troubadours afin de promouvoir la poésie sous toutes ses formes.

Maître des Jeux depuis 2005, mainteneur depuis 2009 et récemment nommé Secrétaire perpétuel de l’Académie des Jeux floraux, le professeur Dazet-Brun partage avec nous son sentiment quant à l’importance de ces concours poétiques :

« L’Académie existe pour une raison simple qui est celle d’honorer la poésie. Elle est la plus ancienne du monde occidental. Sa création résulte d’un militantisme poétique, pour promouvoir la littérature sous toutes ses formes. La poésie est un vecteur de communication, l’expression du cœur. Ce que j’entends par expression du cœur est que la poésie est universelle : quelle que soit la langue dans laquelle elle est déclamée, il y a toujours une mélodie, un sentiment, une musique qui permet de comprendre ses paroles. »

Les jeunes mis à l’honneur

Depuis 1983, les jeunes de moins de 25 ans peuvent participer au Prix des jeunes poètes. Naturellement, chaque élève des collèges et lycées de l’Académie de Toulouse sont appelés à participer à ce concours.

A. de B.


Manifestation anti-FN à Toulouse

 

Des drapeaux antifascistes côtoient ceux des jeunesses communistes…

Mercredi 3 mai, dans l’après-midi, a débuté à la Prairie des Filtres une marche anti-FN.

Moins d’une centaine au départ, les manifestants ont terminé leur marche au pied du Capitole à plus de deux cents personnes, perturbant la tranquillité d’une remise de prix d’un concours lyrique à l’intérieur même du bâtiment.

Si aucun incident n’a été relevé, l’ambiance reste tout de même très électrique en centre-ville à l’approche du second tour des élections présidentielles.