En Occitanie, le plafond de verre n’est toujours pas brisé par Marine...

En Occitanie, le plafond de verre n’est toujours pas brisé par Marine Le Pen

353
PARTAGER
Crédit : Eric CABANIS / AFP

Plafond de verre, report de voix, à Toulouse ou dans l’Occitanie, les principales informations et leçons à retenir des résultats du second tour des élections présidentielles de 2017 sont à retrouver dans ce papier. Victorieux à plus de 66% des voix sur le plan national, Emmanuel Macron domine aussi largement Marine Le Pen dans la région. Détails. 

Arrivé derrière Jean-Luc Mélenchon au premier tour, Emmanuel Macron s’est très largement imposé face à Marine Le Pen à Toulouse. Obtenant un score rappelant celui de Jean-Marie Le Pen au niveau national lors du second tour des présidentielles de 2002, la candidate vaincue a obtenue de justesse 17% des suffrages. L’électorat Insoumis, tant convoité par le camp du Front National à l’entre-deux-tour s’est donc reporté sur l’ancien banquier de chez Rothschild. L’électorat de François Fillon étant divisé entre un vote Macron et l’abstention, il ne s’est donc pas reporté sur Marine Le Pen.

Toulouse 

Emmanuel Macron : 82,97 %
Marine Le Pen : 17,03 %

33 communes de Haute-Garonne ont choisi Marine Le Pen

Arrivé en tête dans 190 communes de Haute-Garonne au premier tour, seule une trentaine de village a donné majoritairement sa confiance à Marine Le Pen. La plupart dans le sud du département, dans le canton d’Auterive et dans le Comminges. La 5e circonscription ne laisse pas beaucoup d’espoir au candidat du Front National et tête d’affiche du département Julien Leonardelli de devenir député, en cas d’un second tour en duel lors des prochaines législatives.

Plafond de verre intact en Occitanie

Comme aux élections régionales, départementales et municipales, aucun département de la région Occitanie n’a placé le Front National au delà de 50% au second tour de l’élection présidentielle, dimanche dernier.

Si pourtant une large majorité des départements de la nouvelle région s’était paré de la couleur bleue marine à la sortie du premier tour, c’est un zéro pointé pour Marine Le Pen au second tour qui illustre le plafond de verre auquel elle est confrontée dans la région.

Résultats par départements :

Ariège : 
Emmanuel MACRON : 63,09%
Marine LE PEN : 36,91%
Aude :
Emmanuel MACRON : 55,33%
Marine LE PEN : 44,67%
Aveyron :
Emmanuel MACRON : 72,81%
Marine LE PEN : 27,19%
Gard :
Emmanuel MACRON : 54,75%
Marine LE PEN : 45,25%
Haute-Garonne :
Emmanuel MACRON : 72,39%
Marine LE PEN : 27,61%
Gers :
Emmanuel MACRON : 66,90%
Marine LE PEN : 33,10%
Hérault :
Emmanuel MACRON : 59,22%
Marine LE PEN : 40,78%
Lot :
Emmanuel MACRON : 72,18%
Marine LE PEN : 27,82%
Lozère :
Emmanuel MACRON : 67,03%
Marine LE PEN : 32,97%
Hautes-Pyrénées :
Emmanuel MACRON : 68,19%
Marine LE PEN : 31,81%
Pyrénées-Orientales :
Emmanuel MACRON : 52,79%
Marine LE PEN : 47,21%
Tarn :
Emmanuel MACRON : 63,61%
Marine LE PEN : 36,39%
Tarn-et-Garonne :
Emmanuel MACRON : 57,52%
Marine LE PEN : 42,48%

Dans l’ex-Midi-Pyrénées, c’est dans le Tarn-et-Garonne que Marine Le Pen obtient le plus gros succès avec 42,48% des voix. Seul les départements de l’ancienne région Languedoc-Roussillon permette à la moyenne régionale de ne pas s’effondrer pour Marine Le Pen, obtenant 44% dans l’Aude, 45% dans le Gard, 47% dans les Pyrénées-Orientales et un peu plus de 40% dans l’Hérault. Les départements essentiellement ruraux n’ont pas accordés leur voix au parti qui misait, pourtant dans la région, sur une stratégie très proche des problématiques rurales.

Des petits villages aux positions tranchées

Quelques villages ont quand même été réceptifs aux signaux envoyés par la « candidate du peuple », puisqu’elle obtient l’un de ses meilleurs score, au niveau national, à Balignac, dans le Tarn-et-Garonne, où 95% des voix lui ont été accordées. Relativisons, la liste des électeurs de la commune n’inscrivait que 33 noms, dont seuls 20 se sont déplacés. 19 ont accordé leur confiance à Marine Le Pen et un électeur pour Emmanuel Macron. A contrario, 9 communes de la région, comportant moins de 80 électeurs, n’ont accordé aucune voix à la candidate du Front National.
Il s’agit de :
Camous (65)
Fréchendets (65)
Gez-ez-Angles (65)
Vielle-Louron (65)
Baren (31)
Caubous (31)
Benque-Dessous-et-Dessous (31)
Trébons-de-Luchon (31)
Orus (09)

Les mairies Front National limitent la casse

La marée Macron n’a pas déferlé sur les communes gérées par le Front National. A Beaucaire, le maire Julien Sanchez a vu ses administrés opter pour Marine Le Pen à plus de 55% des suffrages. A Béziers, ville de Robert Ménard, Marine Le Pen talonne Emmanuel Macron à 1500 voix près, obtenant un score de 47,31 et près de 14 000 suffrages. A Perpignan, fief de Louis Aliot, sa conjointe n’obtient que 40% des voix, 8000 voix derrière le président élu.