Jean-Luc Moudenc, signataire de l’appel au rapprochement avec En Marche!

Jean-Luc Moudenc, signataire de l’appel au rapprochement avec En Marche!

1855
PARTAGER

Suite à la décision du 15 mai, portant Edouard Philippe (Maire LR du Havre) à la tête du Gouvernement, 22 élus Les Républicains et UDI appellent dans un communiqué de presse à répondre à « la main tendue par le Président de la République« . Parmi eux, Christian Estrosi, Gérald Darmanin et… Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse.

Il s’est entretenu lundi soir avec Edouard Phillipe, il s’explique : « Je connais Edouard Philippe depuis longtemps, j’ai siégé à ses côtés à l’Assemblée nationale et c’est quelqu’un que j’apprécie. La droite et le centre doivent tenir compte aujourd’hui du fait politique nouveau, avec des partis traditionnels qui ont été mis à l’écart au premier tour de l’élection présidentielle. Les Français aspirent au renouveau, le Président de la République l’incarne, et le Premier ministre l’incarne aussi. Il faut que nos candidats Les Républicains et UDI aux élections législatives, dont j’espère la victoire, défendent notre projet et nos valeurs, mais dans un esprit constructif. Et que l’on n’organise pas une guerre au sommet de l’Etat en cas de victoire et de cohabitation« . Mais pas question d’adhérer au mouvement d’En Marche! : il soutiendra les candidats Les Républicains aux législatives avec qui « il défendra les valeurs de sa famille politique« .

Une position critiquée au sein de sa famille politique

Quant aux élections municipales de 2022… Le Maire toulousain reste évasif : « Les municipales c’est dans trois ans. Beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts. On ne peut pas encore faire de projection »
Ce que l’on pourrait qualifier d’un retournement de veste de la part de l’homme qui s’était fait siffler lors de son discours d’ouverture du meeting de François Fillon à Toulouse n’a pas été bien accueilli dans le camp des Républicains.

Laurence Arribagé, Présidente des Républicains de Haute-Garonne, ne comprend pas cette prise de position : « Ce n’est pas ma position. Je n’ai pas prévu de me mettre En Marche ! Je reste fidèle à ma famille politique« . Pour autant, Jean-Luc Moudenc fait taire les détracteurs qui ne voient là qu’une manière d’accéder à une possible place au gouvernement en affirmant qu’il refuserait toute offre à ce sujet. Dans une interview donnée à Côté-Toulouse, l’actuel maire assume son choix : « Le Président de la République fait ici ce qu’il a dit, c’est à dire qu’il souhaite gouverner avec des gens de droite et de gauche« . Il défend son « ami », qu’il dit « compétent, ouvert et proche des préoccupations des gens » sans pour autant occulter les problèmes que cela pourrait générer dans son parti et la droite toute entière : « Il y aura un grand débat, une grande explication au sein de notre famille, mais celle-ci ne pourra intervenir qu’après les élections législatives ».