Toulouse. Un chauffard fonce sur la police et est abattu

Toulouse. Un chauffard fonce sur la police et est abattu

307
PARTAGER
Photo : Côté Toulouse/Lucie Fraisse

A deux rues de la place du Capitole, dans la nuit de lundi à mardi, les policiers ont été contraints de tirer sur un chauffard, après que celui-ci ait forcé deux barrages de police. L’individu est décédé dans la matinée.

C’est la deuxième fois en une semaine que les forces de l’ordre Toulousains se servent de leur arme durant leur service. Après les tirs pour abattre un chien qui s’attaquait à un SDF, c’est cette fois un chauffard qui a été visé par des policiers nationaux. Aux alentours de 4h15, dans la nuit de lundi à mardi 30 mai, les policiers de la Brigade anti-criminalité ont repéré un véhicule roulant, tous feux éteints. Après avoir fait signe au conducteur de s’arrêter, celui-ci s’engage dans une course poursuite, percutant le véhicule civil et blessant un agent.

Appelé en renfort, un second véhicule de police, cette fois sérigraphié, tente de le bloquer autour de la place Salengro. Mais rien n’y fait, le conducteur refuse tout autant d’obtempérer. Les policiers ouvrent alors le feu à plusieurs reprises sur le véhicule pour l’obliger à stopper sa course folle.

Les sapeurs-pompiers sont intervenus pour lui porter secours depuis la caserne Lougnon, en centre-ville. Le chauffard, dont l’identité n’était pas encore connue mardi matin, a été transporté d’urgence à l’hôpital. Touché à la tête, il a succombé à ses blessures dans la matinée.

Selon les premiers éléments de l’enquête, il conduisait un véhicule volé. L’enquête a été confiée à la Police judiciaire de Toulouse. Des hommes étaient d’ailleurs sur place, au petit matin, en compagne de la Police technique et scientifique.

L’Unité SGP Police soutient les fonctionnaires

« On apporte notre total soutien aux policiers, confrontés de plus en plus régulièrement à ces situations de refus d’obtempérer, indique Didier Martinez, secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police. Cette fois, ils étaient face à quelqu’un de déterminé, qui n’a pas hésité à s’en prendre à leur intégrité physique, il fallait le stopper. En se soustrayant aux contrôles, et en prenant la fuite, il a pris tous les risques ».