Radicalisée, une ex-lycéenne menaçait de commettre un attentat pour régler ses comptes

Radicalisée, une ex-lycéenne menaçait de commettre un attentat pour régler ses comptes

1045
PARTAGER

Une jeune femme de 20 ans, habitante du quartier Bellefontaine a été interpellé le week-end dernier après un long message téléphonique laissé sur un répondeur d’une ancienne copine de classe, menaçant de commettre un attentat dans son ancien lycée. Radicalisée lorsqu’elle fréquentait la mosquée du quartier, elle a été condamnée à suivre un stage de citoyenneté accompagné d’un rappel des valeurs de la République. 

Tout est partie d’une simple rumeur. Les policiers ont été placés en alerte le week-end dernier, après un long message explicite laissé par une jeune femme sur le répondeur d’une ancienne camarade de classe. «Si je réentends un seul truc, préparez-vous sur les tables à un attentat (…) Ça va bombarder à la Kalach », menaçait l’ancienne élève, aujourd’hui âgée de 20 ans et déscolarisée.

Musulmane probablement radicalisée, la jeune femme n’avait pas le profil à rassurer les enquêteurs de la sûreté départementale. La suspecte a été interpellé samedi, par la brigade anticriminalité, à proximité du métro de Bellefontaine. Placée en garde à vue, la femme a avoué être l’auteur du message mais nuance en déclarant s’être « emportée ». Les vérifications des policiers ont démontré qu’elle ne possédait ni les moyens, ni la réelle intention de débarquer l’arme à la main dans son ancien établissement scolaire. Quant à sa probable radicalisation, la jeune femme a reconnu être « influençable », mais confie avoir abandonné ses relations « à risque » du côté de la mosquée.

Le travail des hommes de la sûreté départementale, chargés de l’enquête, a confirmé ces réalités mais la femme, après une nuit en garde à vue, a été présentée au procureur de permanence dimanche matin. Un magistrat qui lui a rappelé les règles de droits. Elle devra effectuer, à ses frais, un stage de citoyenneté avec un rappel des valeurs de la République.

 

 

Source : La Dépêche du Midi