Squat des piscines privées, le nouveau jeu des « jeunes » toulousains.

Squat des piscines privées, le nouveau jeu des « jeunes » toulousains.

3103
PARTAGER

Il fait beau sur Toulouse. Il fait chaud … les températures sont caniculaires. Il faut se rafraîchir. Et rien de plus idéal qu’une bonne trempette. Problème, à Toulouse, la mer est à 150 kilomètres et la Garonne comme le canal du Midi … c’est interdit !

C’est pour ces multiples raisons que l’on assiste depuis plusieurs semaines à un phénomène devenu maintenant récurrent dans la ville rose : l’occupation illicite des piscines privées ou résidentielles.

Des « jeunes » issus de la banlieue toulousaine, pour qui le squat de piscines privées est devenu la nouvelle attraction à la mode, n’hésitent plus à s’approprier ces lieux privées quitte à déclencher des rixes avec les propriétaires.

Au mois de juin dernier plusieurs de ces délinquants, après avoir été sommer de quitter une  piscine de résidence, sont revenus avec plusieurs de leurs amis pour en découdre. Ils ont successivement frappé deux mères de famille devant leurs enfants et ont donné des coups de poing à deux hommes qui cherchaient à protéger les femmes. Un des locataires a tenté de faire fuir les occupants en leur donnant des coups de ceinturon. En représailles, la bande de jeunes l’a frappé de plusieurs coups de pied, de poing et avec le ceinturon qu’ils sont parvenus à arracher.

Début juillet, un homme a eu le nez cassé  après avoir tenté de faire fuir une autre bande qui squattait la piscine de sa résidence, à côté de Toulouse.

À Toulouse, nombre de jeunes n’hésitent pas à escalader les clôtures des propriétés ou résidences privées pour aller couler quelques brasses dans les eaux claires de leurs voisins. Certains vont même jusqu’à s’inviter au bord de l’eau en présence des propriétaires, qui, intimidés, restent pétrifiés.

Les services de police de la ville comptent actuellement plus d’une centaine d’appels téléphoniques par semaine de résidents EXCÉDÉS demandant à la police de venir faire déguerpir les intrus.  

Cette nouvelle forme de délinquance prend de plus en plus d’ampleur chaque année, la police ne pouvant intervenir faute de personnels sur chaque incident les obligeant à prioriser les cas de violences, eux aussi de plus en plus fréquents.