Toulouse. Un camp de migrants installé depuis un an dans une cours...

Toulouse. Un camp de migrants installé depuis un an dans une cours résidentielle

140
PARTAGER
Image d'illustration d'un camp de migrant en Bretagne. Crédit photo : Breizh Info

Plusieurs dizaines de clandestins, originaires d’Albanie, ont pris pour habitude d’occuper une petite cour résidentielle de l’avenue Etienne-Billières. Une cohabitation avec les riverains de plus en plus difficile, malgré leur bienveillance envers les demandeurs d’asiles vivant dans ce camp. 

Une jungle de Calais en bas de chez vous ? Le camp de La Chapelle-Pajol dans votre jardin ? A Toulouse, plus d’une trentaine de clandestins originaires des pays de l’est dorment sous des tentes dans une résidence privée, rue Etienne-Billières. Installés depuis un an, les résidents des immeubles voisins se disent « exaspérés ».

« Au début, c’était une tente ou deux. Maintenant, c’est un vrai campement », explique à La Dépêche, Luc Fournier, président du conseil syndical des résidents. Et tous les matins, les habitants de la résidence sont livrés au même spectacle : odeurs fécales et d’urine, poubelles, couvertures et tentes se cumulent sur ce petit espace de pelouse.

Un camp difficile à évacuer

Les occupants, des Roms venus en majorité d’Albanie, se relaient toutes les nuits. Certains ont déjà été relogés, laissant leur place à d’autres squatteurs sur le campement. Un problème difficile à endiguer donc.

 

Une subtilité de plus empêche les habitants de se protéger de ce campement : La cour a une servitude de passage avec la rue Adolphe-Coll. Un portail a pourtant été installé par la municipalité mais reste en permanence ouvert. Mais Luc Fournier prévient, il a acheté un cadenas. « La mairie me dit qu’elle n’est ni pour, ni contre », explique-t-il. Dernièrement, un courrier a par ailleurs été adressé à Jean-Luc Moudenc. Ce week-end, la police nationale est même intervenue.

La municipalité cherche à sécuriser les lieux et réfléchit à des mesures de protection et d’évacuation. La préfecture, quant à elle, a proposé une solution d’hébergement en hôtel à 40 personnes. Elles ont été relogées ce mercredi. Pendant ce temps là, par un arrêté, la mairie a fermé ce fameux portail qui donnait accès à la cour, pendant trois mois.