Graulhet (81). Le château de Lézignac part en fumée

Graulhet (81). Le château de Lézignac part en fumée

921
PARTAGER
Vue de la face nord du château. (Photo : Wikipédia)

Le pays Graulhetois est endeuillé après la perte de son château de Lézignac, dévoré par les flammes dans la soirée du lundi 7 août. Inscrit aux monuments historiques depuis 1977, la bâtisse a pris feu pour une raison encore méconnue, ne faisant pas de victime. 

C’est un joyaux du patrimoine régional qui est parti en fumée, lundi 7 août au soir. Un important incendie s’est déclaré au Château de Lézignac à Graulhet aux alentours de 19 heures. Si un gendarme en civil, passant devant, a pu donner rapidement l’alerte, les soldats du feu n’ont pu sauver la bâtisse. Une quarantaine de pompiers, venus de tout le département se sont rendu sur place en compagnie des gendarmes de la commune, ainsi que des représentants de la mairie, l’adjoint au maire Roger Biau et le chef de cabinet du maire, Magali Baïsse.

Le château appartient aujourd’hui à François De Martrin Donos, élu d’opposition de Graulhet. Situé sur la rive droite du Dadou, il est à la limite ouest de la commune. Il était abandonné depuis de nombreuses années et trop souvent squatté. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du sinistre.

Le château de Lézignac, joyau historique

Le château de Lézignac est construit sur l’ancien domaine réservé à l’abbaye de Candeil, donné par le vicomte de Lautrec en 1159. Si à l’origine le bâtiment est une grange cistercienne, elle devient progressivement la demeure des abbés. Doté de terres et même d’un moulin, l’apparence actuelle du château date du XVIème siècle. Il a aussi bien accueilli Jean Joseph Ange d’Hautpoul, général Français sous la révolution et l’Empire, ayant même participé à la célèbre charge de Murat, lors de la bataille d’Eylau, ainsi que le duc d’Enghien, le dernier descendant de la Maison de Condé et combattant royaliste arrêté sous les ordres de Napoléon Bonaparte. Vendu comme bien national par les révolutionnaires, la chapelle est supprimée et d’importants travaux transforment quelque peu l’édifice.