Des policiers braqués par un fuyard dans le quartier de Bellefontaine

Des policiers braqués par un fuyard dans le quartier de Bellefontaine

892
PARTAGER

Dans la nuit de lundi à mardi, un individu a braqué des policiers dans un bâtiment du quartier Bellefontaine de Toulouse. Un acte qui est de moins en moins isolé dans les quartiers du grand Mirail. 

C’est une scène qui se répète de plus en plus. Des policiers ont une nouvelle fois été la cible d’un individu refusant de se soumettre à un contrôle. Les faits se sont déroulés aux alentours d’une heure du matin, chemin Le Tintoret dans la cité de Bellefontaine. Un véhicule dissimulant sa plaque d’immatriculation a attiré l’attention des policiers. A la vue de la patrouille, le chauffeur prend alors la fuite et abandonne sa voiture quelques mètres plus loin.

Dans sa course, il laisse tomber un couteau par terre et part se réfugier dans un immeuble. Alors que les policiers le poursuivent, l’individu se retourne et braque les agents avec son arme de poing, tout en menaçant de tirer s’ils continuent à le traquer. Après s’être mis à couvert, les forces de l’ordre n’ont pas eu d’autre choix que de le laisser filer dans les étages du bâtiment. L’individu n’a toujours pas été interpellé.

Lire aussi : Dans certains quartiers, « tuer du flic » n’est plus un tabou

La passagère du véhicule a, quant à elle, été interpellé. Restée dans la voiture quand le conducteur s’est enfuit, elle a été placée en garde à vue. Cependant, elle refuserait toujours de coopérer avec la justice et surtout de communiquer l’identité du conducteur. Une enquête a été ouverte et sera menée par la Sûreté Départementale de Haute Garonne. Premier enjeu : retrouver l’homme qui a braqué son arme sur les policiers.

Lire aussi : Les policiers demandent des effectifs supplémentaires à Toulouse

Déjà en mars 2017, des émeutes avaient éclaté dans le quartier Bellefontaine. Des habitants du quartier, cagoulés, ont tendu une embuscade à un équipage de police, blessant deux agents. Le lendemain une scène similaire s’était produite. Un quotidien difficile pour les forces de l’ordre qui sont confrontés chaque jour aux trafiquants de drogue et aux délinquants qui n’hésitent plus à venir affronter tout homme portant l’uniforme.