L’individu violent qui criait « Allah Akbar » était « bien connu » de la justice

L’individu violent qui criait « Allah Akbar » était « bien connu » de la justice

455
PARTAGER

L’individu de 42 ans qui a attaqué des passants et des policiers dans le quartier des Minimes était bien connu de la justice pour seize mentions dont plusieurs condamnations. Il ne fréquenterait apparemment pas le milieu de l’islamisme Toulousain. 

Au lendemain de l’attaque perpétrée dans le quartier des Minimes, le profil du suspect se dessine. Actuellement en garde à vue au commissariat central, l’individu âgé de 42 ans a donc été jugé apte à subir une détention provisoire. Après une perquisition de son domicile effectuée dans la soirée à Saint-Jean, aucun lien avec la mouvance islamiste n’a été révélé.

Concernant ses antécédents psychiatriques, l’homme sortait d’un séjour dans un établissement spécialisé en avril dernier. Mais son état, jugé compatible à la garde à vue, n’exclut pas de le rendre responsable de ses actes devant la justice.

L’enquête ouverte par la Sûreté départementale de Haute-Garonne confirme l’absence de caractère terroriste de l’attaque d’hier. Cependant, il s’inscrit dans une série de petites attaques d’individus revendiquant leur foi islamique au moment des faits. Effet de mode ou véritable revendication ? Trop tôt pour le dire concernant ce Toulousain. Pour les autres, impossible de le savoir véritablement. Dès qu’un événement de ce type se produit, qu’il soit prémédité ou spontané, l’excuse psychologique se retrouve bien (trop) vite mise en avant. Si pour certains auteurs, leur instabilité psychique n’est plus à prouver, il y a de forte chance que certains islamistes convaincus ou en voie de l’être aient agit pour d’autres raisons.

Ce jeudi soir, la garde à vue a été prolongée afin qu’il fasse l’objet d’une expertise psychiatrique. Pour couronner le tout, selon La Dépêche, il aurait dû comparaître aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour des faits de violation de domicile sur lesquels les gendarmes de la brigade de L’Union ont enquêté très récemment.

Une attaque avec des relents d’islamisme

L’individu a attaqué, mercredi 13 septembre des passants, dans le quartier des Minimes, tout en criant « Allah Alkbar ». Non armé, mais violent il a porté des coups aux badauds présents sur l’avenue Frédéric-Estebe, créant un vent de panique. Des policiers, alertés par des témoins, sont alors intervenus pour maîtriser l’assaillant. Il s’est alors retourné contre les fonctionnaires, blessant trois agents en plus des quatre passants. Interpellé, il a été transporté à l’hôpital pour se faire soigner le nez, touché lors de l’intervention des forces de l’ordre. Il a ensuite, une fois soigné, été placé en garde à vue dans les locaux du commissariat central.