Une acquisition hors du commun pour le musée St Raymond à Toulouse

Une acquisition hors du commun pour le musée St Raymond à Toulouse

568
PARTAGER

En mai dernier, place St Sernin à Toulouse, le musée St Raymond fait acquisition d’une sculpture d’une qualité et d’une facture rare. C’est certainement l’un des plus anciens portraits romains en marbre jamais découvert en France.

Ce buste a été découvert par un propriétaire viticole non loin de Béziers à Puissalicon en 1958. Ce dernier signale sa découverte mais aucune démarche archéologique n’est mise en place, permettant à ce dernier de décorer sa cheminée pendant des années avec un buste romain d’une immense rareté archéologique et historique. C’est en 2017 que le buste se retrouve sur le marché de l’art, mis en vente par les héritiers du viticulteur biterrois.

La sculpture va être acquise par le musée toulousain avec l’aide de l’Etat et de la région Occitanie. Le musée St Raymond détient à l’heure actuelle après le Louvre la plus grande collection d’art romain. C’était donc une évidence que la place de cette pièce unique, découverte sur le secteur Toulouse Narbonne, était au musée St Raymond.

Ce portrait est » une œuvre magnifique » nous renseigne Pascal Capus, chargé des collections de sculptures, car c’est une figure parmi les plus importantes chez les romains de type républicain. C’est à la fois une œuvre séduisante avec beaucoup d’esthétisme mais aussi historiquement fondamentale pour l’histoire de l’art antique romain.

A l’heure actuelle, l’identité du personnage est inconnue mais ce qui est indéniable c’est qu’il appartenait à une élite politique du 1er siècle avant Jésus-Christ. Beaucoup de théories sur son identité sont avancées, peut-être un gouverneur de la province de Transalpine (aujourd’hui l’Occitanie), un célèbre personnage accusé par les Gaulois d’avoir détourné des fonds d’argents publics et perçus des taxes exorbitantes sur le commerce du vin entre Narbonne et Toulouse.

Ou encore grâce à son visage sévère, fermé et volontaire un descendant de l’île de Délos en Grèce.
Cette découverte nous rappelle notre héritage romain et grec de la région, héritage imposant et grandiose que nous pouvons nous remémorer en visitant ce musée qui dévoile une imposante collection d’art antique. A travers également les monuments si présents dans le paysage de la région ainsi que ces maisons de briques rouges qui ornent les rues de Tolosa que nos ancêtres les romains ont commencé à bâtir. L’influence antique est si présente dans la région que l’oublier serait une erreur et ne pas l’accepter un affront à notre identité.

Alix