Tisséo. L’insécurité et la fraude viennent gâcher le bilan des transports de...

Tisséo. L’insécurité et la fraude viennent gâcher le bilan des transports de Toulouse

447
PARTAGER

Tisséo, qui gère le réseau des transports dans Toulouse et son agglomération (bus, tramway et métro) vient de faire parvenir son bilan pour l’année 2016. Même si une grande majorité des usagers en sont satisfaits et que les recettes sont légèrement en hausse par rapport à l’année précédente (6%), deux points viennent cependant noircir le tableau : les fraudes et l’insécurité.

Rien que pour l’année 2016, c’est pas moins de 16 000 procès-verbaux qui ont été distribués sur l’ensemble du réseau Tisséo (318 000 euros). Cela représente une augmentation de 7,5 % par rapport à 2015 et un manque à gagner de 10 millions d’euros ! A l’heure actuelle, c’est le tramway qui enregistre le plus fort taux de fraude (+ de 13,6% par rapport à 2015). « Sur 500 000 voyageurs quotidiens, cela signifie que plus de 26 000 usagers, chaque jour, ne paient pas le service qu’ils utilisent » confie à Actu.fr, Jean-Michel Lattes, président de Tisséo Collectivités.

Bien loin de rester les bras croisés et de subir cette situation, Tisséo s’est donc engagé à relancer depuis le 25 septembre dernier sa campagne de lutte contre la fraude jusqu’au 1er décembre. Déjà testée de mai à juin, cette opération draconienne avait permise de dresser 100 PV par jour, soit le double des amendes dressées en temps normal. Par cette décision, l’équipe de Tisséo souhaite calmer les ardeurs des potentiels fraudeurs. « Plus on intervient vite, mieux c’est » continue Jean-Michel Lattes. Pour autant, même si le problème de la fraude semble avoir été pris à bras-le-corps, un autre bien plus grave reste encore à résoudre, celui lié à l’insécurité dans les transports en commun. Insécurité touchant les usagers tout comme les agents Tisséo.

L’insécurité, l’autre plaie de Tisséo

Effectivement, l’année 2016 a été marquée par des événements d’une rare violence au sein du réseau Tisséo. En Août, une altercation avait éclaté entre le passager d’un bus qui n’avait pas validé son ticket et un contrôleur. L’individu avait été placé en garde à vue après avoir menacé l’agent verbalement d’abord, puis muni d’un sabre… En Avril, c’était déjà une agent de prévention de Tisséo qui avait été frappée par une femme de 37 ans, après lui avoir interdit de prendre le métro avec son vélo. Plus récemment, c’est une véritable scène à la « Orange Mécanique » qui s’est jouée dans le tunnel reliant la Gare Matabiau à la station de métro Marengo-SNCF. Le mardi 26 septembre, vers 20 heures, un jeune tarnais s’est en effet fait passer à tabac par trois jeunes personnes, qui voulaient lui voler son téléphone portable. L’adolescent de 18 ans a perdu connaissance sous la violence des coups et a été retrouvé inanimé dans ce passage souterrain.

A l’heure du bilan pour Tisséo, il serait bon de reposer la question liée à la sécurité dans les transports en commun de Toulouse. Pourtant surveillées par un ensemble de caméras et empruntées par des policiers et des militaires, certaines stations de métros sont devenues ni plus ni moins que le terrain de jeux des délinquants et des dealers.

L. Fandor