Scènes d’émeutes dans le quartier du Mirail, samedi soir à Toulouse

Scènes d’émeutes dans le quartier du Mirail, samedi soir à Toulouse

9746
PARTAGER
Image d'illustration.

Des émeutes se sont déroulées dans la soirée du samedi 14 octobre, dans le quartier du Mirail à Toulouse. Les forces de l’ordre ont été pris pour cible par des racailles, le tout sur fond de trafic de stupéfiants. 

L’élément déclencheur s’est produit vers 17 heures, samedi 14 octobre dans le quartier du Mirail. Une patrouille de police croise d’abord la route d’un individu cagoulé au guidon d’une motocross. Connu pour sa participation active dans le trafic de stupéfiants, les agents tentent de l’interpeller. Mais une intervention dans un tel quartier n’est rarement sans incident. Insultes, menaces, le suspect se rebelle et complique la tâche des policiers. Des échauffourées éclatent lorsque des dizaines de complices viennent à la rescousse du présumé trafiquant. Des projectiles sont lancés et les forces de l’ordre sont contraints d’utiliser des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser les émeutiers.

Au bout de longues minutes, les policiers ont dû se replier. Mais à 21 heures, alors que l’individu à la cagoule refait son apparition dans le secteur, les fonctionnaires tentent une seconde fois de l’interpeller. Mais les trois heures écoulées depuis la première tentative n’ont pas permises de convaincre le suspect de se plier à l’autorité. Insultes et menaces de mort reprennent de plus belle. Son frère se mêle à la situation et tente de l’aider à se libérer. Le caillassage reprend. Les policiers utilisent alors leurs flash-ball- une arme non-létale qui tire des balles en caoutchouc- que l’homme encagoulé tentait de dérober.

Lire aussi : Dans certains quartiers, tuer du « flic » n’est plus un tabou 

Finalement, deux personnes ont été interpellés, l’homme sur son motocross, âgé d’une trentaine d’années, et son frère. Ils ont été placés en garde à vue, tandis que deux fonctionnaires de police ont été légèrement blessés durant l’opération.

 

Les faits se sont déroulés dans le secteur « Varèse-Messager » dans le quartier du Mirail. Un point connu des services de police pour être une zone à forte activité de trafic de stupéfiants.