Toulouse n’est pas épargnée par la désertification des médecins

Toulouse n’est pas épargnée par la désertification des médecins

756
PARTAGER

En raison de la pénurie de médecins, le gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé vendredi 13 octobre, son objectif de doubler le nombre de maisons de santé d’ici 2022.

La ville de Toulouse n’est pas épargnée par la désertification médicale. Certains quartiers ont été jugés prioritaires pour accueillir une maison de santé. C’est le cas du quartier de Borderouge qui compte actuellement un médecin pour 30 000 habitants. Des riverains qui sont jusqu’à présent obligés de prendre rendez-vous chez les médecins des quartiers avoisinants (Croix-Daurade, Bonnefoy et les Izards) ou d’aller directement aux urgences, ce qui n’arrange pas le désencombrement des hôpitaux. Dans les chiffres, le désert médical à Borderouge est plus important que dans certaines zones rurales. Notons qu’à Toulouse, on compte seulement un médecin pour 1 114 patients.

Pour faire face à ce problème, le ministre de la santé, Agnès Buzyn, a dévoilé le 13 octobre dernier, le doublement des maisons de santé, des structures accueillant plusieurs professionnels de santé. A savoir qu’en 2008, seules 20 maisons de la santé étaient dénombrées en France. En 2012, elles étaient 175 et le nombre devrait continuer à croître.

En Occitanie, 86 projets d’établissements sont à venir. A Toulouse, une de ces structures devrait voir le jour courant 2018 à Borderouge. Elle sera située entre la place de la Maourine et l’avenue Bourgès-Maunoury. Autres quartiers touchés par la désertification médicale : la Reynerie, Cartoucherie, Barrière de Paris et Jolimont devraient voir naître des maisons de santé dans les prochaines années. Jean Thévenot, président du Conseil de l’ordre des médecins de Haute-Garonne prévient que « la couverture médicale à Toulouse ne risque pas de s’arranger car 300 médecins Toulousains sont à 10 ans d’un arrêt d’activité ».
En effet plus de la moitié des médecins de Toulouse ont plus de 55 ans.

Rappelons que l’exercice du métier dans une maison de santé reste extrêmement minoritaire en France. Seulement 3 536 médecins, soit seulement 4% de l’ensemble des généralistes en France, exercent dans ce cadre.