19 voitures incendiées en une nuit dans plusieurs quartiers sensibles de Toulouse

19 voitures incendiées en une nuit dans plusieurs quartiers sensibles de Toulouse

2952
PARTAGER
Image d'illustration.

Dans la nuit de lundi à mardi, près de 20 véhicules ont été la proie des flammes dans trois quartiers différents. Entre minuit et 2 heures du matin, les pompiers ont été appelés à la fois à La Reynerie, à Empalot et aux Izards. 

Il n’y a pas que lors de la Saint-Sylvestre et le 14 juillet que les voitures flambent dans les cités de Toulouse. 19 voitures ont brûlé dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 octobre dans les quartiers de la Reynerie, Empalot et des Izards. Le tout en espace de seulement deux heures. Les pompiers ont dû intervenir pour mettre fin à la propagation des flammes.

Dans le quartier de La Reynerie, 14 voitures ont été détruites. L’enquête ouverte a démontré que des trafiquants de drogue ont tenté de neutraliser une caméra du chemin d’Auriacombe, un lieu connu pour être un bastion de l’économie illégale. En incendiant une camionnette garée juste à côté du poteau soutenant la caméra depuis lundi matin, le feu s’est propagé aux 13 autres véhicules, aux alentours d’une heure du matin. La caméra a été changée et est de nouveau opérationnelle, pour le moment.

A Empalot, c’est la rue du Férétra qui a été témoin de l’incendie de deux véhicules, aux alentours de minuit. Les flammes se sont une nouvelle fois propagées et ont atteint deux autres voitures garées à proximité.

Enfin, rue de Maourine, située entre Borderouge et le quartier des Izards, un autre véhicule a été la proie des flammes vers 1h20.

Les pompiers ont dû intervenir une nouvelle fois, un peu plus tard dans la nuit, entre 3 heures et 5 heures du matin pour d’autres incendies déclarés sur un poids lourd et des poubelles. Pour leurs interventions, les soldats du feu ont été contraints d’être accompagnés par des policiers, face au risque de guet-appends de la part de racailles.

Le déclenchement quasi simultané des incendies laisse guère de place à la thèse de la coïncidence. La police mène l’enquête.