Pierre-Yves Rougeyron et Gabriel Melaïmi, premiers invités du Cercle « Souveraineté et Identité »,...

Pierre-Yves Rougeyron et Gabriel Melaïmi, premiers invités du Cercle « Souveraineté et Identité », mardi 7 novembre

1044
PARTAGER
Mardi 7 novembre, le Cercle « Souveraineté et Identité » de Toulouse organise son premier rendez-vous d’ampleur. Dernier arrivé en date, l’association qui réunit différents militants ou sympathisants de toute l’horizon de la droite patriote reçoit Pierre-Yves Rougeyron et Gabriel Melaïmi. Entretien avec Nicolas Grigner, l’un des organisateurs de l’événement. 
Rendez-vous à 18h30 à la maison de la citoyenneté Toulouse Est, mardi 7 novembre. Pierre-Yves Rougemont, fondateur du Cercle Aristote, de la revue Perspectives Libres et auteur du livre « Enquête sur la loi du 3 janvier 1973 » co-animera une conférence-débat avec Gabriel Melaïmi, ex-directeur de campagne de Julien Aubert pour la présidence des Républicains, ancien vice-président des Jeunes de la Droite Populaire au sein de l’UMP et conseiller national « Les Républicains ». Les invités tenteront de répondre à la question : « Union des droites, union des souverainistes, quel avenir pour le camp national ? ». Fantasme ? Nécessité ? C’est sur ce terrain que veut s’installer le dernier né des cercles de conférences de Toulouse. Rencontre et présentation avec Nicolas Grigner, secrétaire général du Cercle « Souveraineté et Identité » toulousain. 
Infos-Toulouse : Peux tu présenter ce nouveau cercle et l’équipe qui y participe ? 
Nicolas Grigner : Le Cercle « Souveraineté et Identité » toulousain est né en septembre 2017 de la volonté de membres de différents partis du camp national de briser les digues qui existent entre leurs partis respectifs, pour que les militants puissent avoir un espace où se rencontrer « dans la vraie vie ».
Nous sommes pour le moment 5 au bureau de l’association, nous avons entre 20 et 30 ans. Nous venons du FN, de DLF, de l’UPR, de LR… Nous sommes de cette jeunesse qui voudraient que ces partis arrêtent de se faire la guerre et pour qu’un jour enfin nos idées (souverainistes et identitaires) gagnent !
IT : Quel est l’objectif du Cercle « Souveraineté et Identité » ? 
N.G : Nos objectifs à moyen et long terme sont de tenir à minima une conférence par mois sur des sujets touchant aux questions identitaires ou aux questions de souveraineté nationale, avec des intervenants « connus ». Nous voulons apporter du contenu et faire de « l’éducation populaire » pour les gens qui n’ont pas forcément le réflexe d’aller sur Internet ou d’ouvrir un bouquin, qui ont la France dans les tripes, mais n’ont pas toujours les bons arguments pour défendre leurs idées.
Nous comptons aussi faire des actions tous les mois, maraudes, stage de self-défense, militantisme, localisme, divers apprentissages sont déjà prévus !
Notre objectif est aussi de fédérer un fort noyau dur de patriotes sur Toulouse, et créer des liens, un esprit de compagnonnage, de camaraderie et de fraternité.
IT : En quoi consiste les rendez-vous qui se tiennent tous les jeudis ?
N.G : C’est dans l’esprit du dernier point que j’ai évoqué que nous organisons nos événements hebdomadaires. Pour le moment, il s’agit surtout de se rencontrer, discuter et passer un bon moment dans un cadre informel. Le format de ces événements hebdomadaires évoluera peut-être vers quelque chose de plus structuré par la suite, avec pourquoi pas des interventions/mini-conférences de toulousains gravitant autour de nous et ayant des connaissances à nous apporter.
IT : Mardi c’est votre première conférence, quelle en sera la teneur ? 
N.G : Nous organisons un débat entre 2 personnalités connues au plan national sur le thème « Union des Droites, union des souverainistes, quel avenir pour le camp national ? »
Nos 2 intervenants seront Pierre Yves Rougeyron, président du Cercle Aristote, et Gabriel Melaïmi, ancien directeur de campagne de Julien Aubert (un des derniers gaullistes « Séguino-Pasquaïen » de ce parti) pour la présidence des Républicains.
Nous voulons mettre des mots sur le pourquoi nos idées échouent aux portes du pouvoir et ce que nous pourrions faire pour qu’une ligne souverainiste mais aussi identitaire soit au pouvoir !
Propos recueillis par N.R
Rendez-vous :
Mardi 7 novembre, 18h30
Maison de la citoyenneté Est,
8 bis, avenue du Parc.
Métro Ligne A : arrêt Roseraie.
Prix d’entrée : 2€