Drépanocytose. 34 % des naissances en Midi-Pyrénées sont d’origine extra-européenne

Drépanocytose. 34 % des naissances en Midi-Pyrénées sont d’origine extra-européenne

524
PARTAGER

L’association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l’Enfant (AFDPHE) a récemment publié les chiffres, pour l’année 2016, du dépistage chez les jeunes nourrissons de la drépanocytose, une maladie héréditaire qui touche exclusivement les populations extra-européennes. 

C’est l’étude qui permet d’évaluer le nombre de naissances parmi la population extra-européenne. L’AFDPHE a publié en novembre, les chiffres du dépistage de la drépanocytose chez les nourrissons en France, sur l’année 2016. Dans la région Midi-Pyrénées, le nombre de dépistages augmente pour la première fois depuis trois ans, touchant 34,16% des naissances. Si le record de 2013 (34,62%) n’est pas battu, la courbe des naissances d’origines extra-européennes repart à la hausse. A titre comparatif, en 2005, le pourcentages de dépistage parmi les naissances était de 22,33% dans la région. En Languedoc-Roussillon, la courbe s’inverse. C’est la première fois depuis 2013, que le pourcentage de dépistés baisse. On compte, en 2016, 40,75% de dépistage parmi les nourrissons du Languedoc-Roussillon.

Voir aussi : Baisse du nombre de dépistés en Languedoc-Roussillon

La drépanocytose, une maladie qui touche les Africains et les Asiatiques

Apparue en Afrique et en Inde, la drépanocytose touche essentiellement les populations de ces régions. Mais selon l’Institut National de la Santé et de la Recherche médicale (INSERM), les mouvements de populations l’ont rendus très présente sur le continent Américain, notamment aux Antilles et au Brésil, et en Europe de l’Ouest. Toujours d’après l’INSERM, la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente en France. Pour lutter contre ce nouveau phénomène, les dépistages ont été mis en place en 1989 dans l’Outre-Mer, puis en Métropole à partir de 1995. Selon l’AFDPHE, « ce dépistage ne concerne que les enfants à risque en raison de l’origine de leurs parents. Cette maladie touche essentiellement les enfants originaires des Antilles, d’Afrique noire mais aussi d’Afrique du Nord ».