Val-Tolosa. Pour les promoteurs, la décision du Conseil d’Etat « n’a aucune incidence »

Val-Tolosa. Pour les promoteurs, la décision du Conseil d’Etat « n’a aucune incidence »

962
PARTAGER
val-tolosa-projet-carte
Le projet Val-Tolosa devrait s'étendre sur toute la partie rouge de la carte.

Le projet Val-Tolosa à Plaisance-du-Touch (31) a du plomb dans l’aile. Après une longue bataille judiciaire, le Conseil d’Etat vient d’annuler un permis de construire délivré en 2010. Mais les prometeurs préviennent, « cette décision n’a aucune incidence sur le projet »

La bataille contre le futur grand centre commercial Val-Tolosa continue. Après une dizaine d’années de bataille judiciaire, le Conseil d’Etat vient d’annuler le permis de construire délivré en 2010 par le maire PS de Plaisance-du-Touch, Louis Escoula. Un coup d’arrêt pourrait-on croire pour le promoteur, Unibail-Rodamco. Mais il n’en sera rien. La société compte bien s’appuyer sur un permis plus récent, délivré en août 2016. « Nous sommes déterminés à avancer sur la base du permis de construire de 2016 » a indiqué un porte-parole d’Unibail-Rodamco.

Le Conseil d’Etat, qui s’est réuni jeudi 28 décembre dernier, s’est appuyé sur le jugement de la cour administrative d’appel de Bordeaux, qui avait annulé le permis de construire le 14 juin 2016, en se fondant sur deux motifs : l’insuffisance de l’étude d’impact et les incertitudes liées aux travaux nécessaires à la desserte routière du vaste projet, prévu pour s’étendre sur 60 000 m². Ce premier motif n’a pas été retenu par les juges du Conseil d’Etat, mais le second a suffi à valider la décision des juges Bordelais.

Les anti Val-Tolosa n’ont pas fini de se battre

La bataille judiciaire n’est donc pas terminée. Pour les opposants au projet, l’arrêt du Conseil d’Etat est une seconde victoire -après une première annulation en 2013. Le troisième round se jouera sur le dernier permis de construire. « Il faut désormais qu’on obtienne l’annulation de celui-ci » a confié Pascal Barbier, co-président du Collectif Non à Val-Tolosa, à nos confrère d’Actu.fr.

Implanté sur 44 ha de terres agricoles, le projet prévoit 90 000 m² de surface bâtie. 61 000 m² pour un hypermarché et 160 autres commerces. Il prévoit aussi la création d’un lac de 1,8 hectares, l’aménagement de 9 hectares d’espaces verts et la plantation de 2 000 arbres sur le plateau de la Menude. Le promoteur l’assure, Val-Tolosa se positionne comme un centre pensé pour répondre aux critères de qualité d’un développement durable, en dépit de l’imperméabilisation de 6 ha de terres agricoles pour les seuls commerces et la destruction de plus de 2 ha de bois. En plus de l’environnement, ce projet pourrait porter un coup fatal aux commerçants déjà installés aux alentours.