Dernier baroud d’honneur pour l’AF 2000 à Toulouse

Dernier baroud d’honneur pour l’AF 2000 à Toulouse

2007
PARTAGER
Vente AF 2000 Toulouse Action Française
Le plus vieux mouvement politique encore actif a perdu son journal. L’Action Française a annoncé, récemment, la fin de l’activité de l’AF 2000, le traditionnel bihebdomadaire monarchiste. En guise de baroud d’honneur, les camelots toulousains ont fait une dernière vente à la criée autour du Capitole, samedi 10 février dernier. 

L’AF 2000 est mort, vive l’AF 2000 ! Samedi, une quinzaine de camelots de l’Action Française ont effectué la toute dernière vente à la criée du journal monarchiste. De grandes plumes comme celle de Charles Maurras ou de Georges Bernanos avaient contribué à la rédaction du journal de l’Action Française depuis sa fondation en 1908, dont les revues de presse actuelles s’inspirent encore. Des milliers de camelots – nom des militants vendant chaque numéros – ont fait leur classe au sein du mouvement depuis plus d’un siècle. « Ce fut une vente symbolique, un « au revoir » à ce journal auquel nombre des militants de l’Action Française continuaient de contribuer », nous confie un militant.

Une presse privée de subventions

Après avoir rencontré « des problèmes financiers que nous ne pouvons plus éluder », comme l’annonce l’éditorial « d’adieu », publié le 31 janvier, l’un des plus vieux journaux d’opinion disparaît donc. L’AF2000 ne recevant aucune subvention de l’État, il n’était maintenu en activité que par ses lecteurs. « Après 27 ans de loyaux services – sous cette forme -, les camelots ont rendu un dernier hommage de la capitale au Capitole, à ce journal qui représente beaucoup pour nous ».

Lire aussi : Plus d’un Million d’euros accordé à La Dépêche du Midi !

En effet c’est toute une partie de leur vie de militant qui est consacrée à lui rédiger des articles sur leur temps libre, puis à le vendre dans les rues, première action de tout militant entrant dans le plus vieux mouvement politique encore actif. « C’est un exercice formateur car ils ont alors l’occasion de confronter leurs avis à celui des passants, mais surtout ils les affirment haut et fort », raconte une militante.

Lire aussi : Fake News. Vers le triomphe de la censure !

Née en 1898, l’Action Française n’est pas morte, bien au contraire, le mouvement annonce une augmentation de 53% du nombre d’adhérents depuis 5 ans. La section de Toulouse augmente d’ailleurs rapidement ses effectifs qui ont doublé voire triplé depuis sa rentrée en septembre. « Bien que la rédaction de l’AF 2000 cesse, nous restons attachés à ce moyen de communication direct, qui d’ailleurs possède une portée historique conséquente dans notre mouvement ».

Une renaissance dès la rentrée ? 

Et puisqu’il ne peut y avoir d’Action Française sans ses camelots du Roi, elle ne restera pas sans organe de presse ! Dès la rentrée prochaine le mouvement projette la création d’un nouveau journal dans l’esprit du précédent, « à nous de décider de son format », nous font-ils savoir. Cette décision permettra par ailleurs d’apporter un regard plus jeune et renouvelé sur la presse. « Nous restons plus que jamais en première ligne pour défendre notre pays par l’instauration d’une monarchie. »

Quitterie d’Escufon