Une projection interdite aux Blancs à l’Université du Mirail

Une projection interdite aux Blancs à l’Université du Mirail

31775
PARTAGER
Assemblée générale Université Mirail Blocus
© Infos-Toulouse
Les bloqueurs de l’université du Mirail ont organisé, mercredi 18 avril, une projection interdite aux hommes et aux Blancs, au sein même de la faculté. De quoi faire réagir la section toulousaine de l’Action Française qui a diffusé une lettre ouverte adressée au Maire et au doyen de l’Université.
Les bloqueurs de l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, qui occupent toujours les lieux, organisent toutes sortes d’ateliers culturels et « d’auto-défense », dans le cadre d’un « festival » nommé « Auto Défense Populaire« . Parmi leur programme, l’un d’entre eux a particulièrement retenu l’attention de la section toulousaine de l’Action Française. À 14 heures, mercredi, est prévue la projection d’un reportage sur le festival afro-féministe « Nyansapo »… en « non-mixité personnes racisées ». Comprendre: entre femmes et sans Blancs.
Capture d’écran du programme du « festival » Auto Défense Populaire, à l’Arche de l’Université

Un choix de « non-mixité » pleinement assumé par les organisateurs, cette mention apparaissant plusieurs fois à la lecture de leurs programmes…

Capture d’écran du site d’Auto Défense Populaire.

La lettre ouverte de l’Action Française au Maire et au doyen

La section toulousaine de l’Action Française a immédiatement réagi en publiant ce mercredi une lettre ouverte sur leur page Facebook, adressée au Maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et au doyen provisoire de l’Université, Richard Laganier. Dans leur lettre ouverte, ils dénoncent une « activité ouvertement discriminatoire », en se référant aux articles 225-1 et 225-2 du Code Pénal, et demandent à ce que « toutes les mesures qu’il convient de mettre en place » soient prises.

« Le dossier est entre de bonnes mains pour l’instant« , nous confie Enzo, le responsable de la section toulousaine d’Action Française. « Nous avons vu la police, le procureur, on a bougé un peu tout le monde, et ce sera sûrement relayé à l’AGRIF, pour qu’ils se portent partie civile. »

Lire aussi : Danièle Obono ou le sabotage de l’unité nationale