Col de l’Échelle : « La preuve que rétablir nos frontières est possible »

Col de l’Échelle : « La preuve que rétablir nos frontières est possible »

5273
PARTAGER
col de l'Échelle Generation identitaire
© Defend Europe
Tout le week-end, une centaine de militants européens du mouvement Génération Identitaire ont rétabli symboliquement la frontière Franco-italienne sur le col de l’Échelle, dans les Alpes. Parmi-eux, une dizaines de Toulousains ont participé à l’action. Témoignage. 

L’happening a fait du bruit jusqu’au sein de l’assemblée nationale, en plein débat sur la loi asile-immigration. Génération identitaire a déployé les grands moyens dans les Alpes, tout au long du week-end, en rétablissant la frontière sur le col de l’Échelle, un lieu de passage privilégié des clandestins pour entrer illégalement en France, via l’Italie. Après la mission de patrouille sur la mer Méditerranée cet été, c’est le deuxième volet de la campagne Defend Europe qui vise à barrer la route à l’arrivée massive de clandestins sur le continent.

Lire aussi : Génération Identitaire drape la Place du Capitole

Après avoir investi les lieux samedi, en début de matinée, les militants ont installé un filet en plastique pour rétablir la frontière et ainsi fermer le passage clandestin. Un campement a été installé et deux hélicoptères ont été affrétés pour surveiller la zone, le but étant « de barrer la route aux migrants et signaler leur présence aux autorités légales ».

Col de l'Échelle

Au col de l’Échelle ou ailleurs, « rétablir nos frontières est possible »

À travers cette action, l’objectif de la mission Defend Europe était de prouver que « rétablir et contrôler nos frontières » était possible. Une idée qui va à contre-courant de la pensée dominante qui explique à longueur de journée, à chaque débat sur l’immigration, qu’il serait impossible de gérer des frontières nationales. Ce à quoi répond Karl, un militant toulousain : « Si nous pouvons le faire, c’est que l’État peut le faire ! ». Monté sur le col, avec une dizaine d’autres toulousains, Karl et la centaine d’autres militants de Génération identitaire ont eux-même financer l’action, en plus du soutien de nombreux donateurs. « Notre but était de montrer l’inaction des pouvoirs publics et leur volonté de ne pas agir concrètement au niveau des frontières », affirme le jeune toulousain.

Lire aussi : Un tract de Génération Identitaire affole la direction de l’Université Toulouse-Capitole

Concrètement, le week-end a été plutôt calme pour les migrants, découragés de faire un trajet en vain. « Une cinquantaine de clandestins ont été obligés de faire demi tour, certains sont resté à Turin après avoir eu connaissance du rétablissement de la frontière. » Sur l’autre col, les ONG ont été prévenu par une délégation de Générazione Identitaria, le la section transalpine de GI et n’ont pas tenté de passer. Seuls une centaine d’antifas italiens et une trentaine de migrants ont forcé le passage, sur un autre col où n’était pas présent Génération identitaire. Le barrage de gendarmes a été violemment forcé et des dégradations sont à signaler dans la zone.

Un retentissement politique conséquent

Cette action était « un moyen de forcer les politiques à se positionner à ce sujet ». Et c’est plutôt réussi. Les activistes ont reçu le soutien de nombreuses personnalités de droite et de cadres du Front national, dont sa présidente Marine Le Pen. L’action a même provoquée une passe d’arme à l’Assemblée nationale entre Jean-Luc Mélenchon et le député frontiste Gilbert Collard.

 

« C’est une grande victoire que les politiques se positionnent enfin. On a permit d’imposer nos idées dans le débat », se réjouit Karl. Car si les soutiens politiques ont du mal à dépasser le clivage gauche-droite, l’action a au moins permis de dévoiler l’attitude de certains journalistes ou politiques, n’hésitant pas parfois à souhaiter la mort des activistes. 

Du côté des riverains, « l’accueil est très chaleureuse, des habitants sont venus nous apporter de l’eau et de la nourriture. La classe politique est déconnectée de la réalité. Le peuple c’est nous, parce qu’il nous soutient dans ce genre d’actions ! », affirme Karl.

Le Ministère de l’Intérieur a publié un communiqué, dimanche soir, pour assurer que la « situation est sous contrôle », à Briançon, comme dans la région. Gérard Collomb a ainsi annoncé l’arrivée « de renforts de police et de gendarmerie importants pour s’assurer du respect absolu du contrôle des frontières ». « Une victoire » pour le mouvement identitaire !

communiqué intérieur col de l'Échelle

Quelle suite à cette action ? 

« L’action continue, on reste dans la zone. On ne va pas repartir, Génération identitaire a montré qu’avec de la bonne volonté tout était faisable« . Dans le communiqué publié dimanche après-midi par Defend Europe, il est indiqué que la mission ne fait que commencer. D’ailleurs, une partie des militants toulousains sont restés sur place. 

https://twitter.com/DefendEuropeID/status/988129590840381440