Le groupe « Tabitha’s Place » dans le viseur d’Infos Sectes

Le groupe « Tabitha’s Place » dans le viseur d’Infos Sectes

829
PARTAGER
Devanture de l'épicerie "Au Cœur du Grain", qui serait liée à la secte Tabitha's Place, à Toulouse. Capture d'écran France 3 Occitanie.
Infos Sectes et le Comité Contre les Manipulations Mentales (CCMM) s’inquiètent de l’implantation à Toulouse de la secte Tabitha’s Place. Également appelée les « 12 Tribus », la secte a plusieurs fois fait l’objet de poursuites pour maltraitances envers des enfants.

C’est une « communauté » bien connue dans le Béarn. La secte Tabitha’s Place est installée depuis 1983 à Sus, dans deux des quatre châteaux. Ce mouvement religieux apocalyptique, branche du courant américain The Twelve Tribes créé par Elbert Eugene Spriggs, est aussi présent aux États-Unis, en Australie, en Angleterre, en Argentine, en Espagne, en Allemagne, au Brésil et au Canada. Le groupe pratique une lecture fondamentaliste, au pied de la lettre, de la Bible.

Les parents y sont notamment encouragés à discipliner physiquement leurs enfants (Proverbes 13, 24). Outre leur scolarisation rigoriste au sein même de la communauté, les enfants sont mis au travail dès l’âge de 6 ans, et ne connaissent pratiquement rien du monde extérieur. La communauté vit de sa production de légumes et du travail manuel.

Des témoignages glaçants

De nombreux témoignages d’anciens membres de la secte font état de nombreuses maltraitances à l’encontre des enfants, dont châtiments corporels répétés, privation de nourriture, refus de soins… En octobre 2001, la cour d’assises des Hautes-Pyrénées a reconnu coupable deux membres du groupe de « privation d’aliments et de soins ayant entraîné la mort » de leur enfant, Raphaël, décédé en avril 1997 à l’âge de 19 mois, souffrant d’une malformation cardiaque. Ses deux parents ont été condamnés à douze ans de réclusion criminelle.

La secte était déjà dans le viseur de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) et de la justice depuis de nombreuses années. Des interpellations et des perquisitions avaient été effectuées en juin 2015 au château de Sus, sur commission rogatoire d’un juge d’instruction saisi en 2013 d’une information judiciaire pour « travail dissimulé et manquement à l’obligation de scolarisation des enfants ».

Les 12 Tribus sont à Toulouse

Infos Secte et le Comité contre les manipulations mentales (CCMM) s’inquiètent de la présence à Toulouse de membres de la secte. Simone Risch, présidente du CCMM, craint le prosélytisme et la séduction que peut exercer ce type d’organisations, auprès des jeunes, notamment. « Ils sont sur les marchés depuis trois ans, le dimanche à Saint-Aubin et à Rangueil, le mardi à Bonnefoy« . La secte vendrait ses produits bio sur les marchés toulousains, et emploieraient, via ses stands, des discours pour accrocher les jeunes générations. Ils seraient notamment liés à une boulangerie épicerie bio dans le quartier Saint-Aubin, que France 3 Occitanie a révélé être « Au Cœur du Grain ». L’épicerie en question ne souhaite pas répondre à la presse.

Pour les militants anti-sectes comme Simone Risch, cette organisation devrait être dissoute, comme elle l’a été en Allemagne, en 2013. Elle lance aujourd’hui un appel au pouvoir politique pour qu’il intervienne.

Mathieu Vergez