Toulouse se met aux couleurs de la Palestine

Toulouse se met aux couleurs de la Palestine

1214
PARTAGER
Palestine jean-jaures
Immense drapeau palestinien déroulé sur la place Jean Jaurès, à Toulouse. Crédit photo : Mathieu Vergez / Infos-Toulouse
Réagissant à la répression sanglante survenue en début de semaine dans la bande de Gaza, des militants pro-palestiniens ont investi l’esplanade Jean-Jaurès de Toulouse, mercredi 16 mai. Ils ont déployé un drapeau de la Palestine géant, en solidarité aux victimes des tirs de l’armée israélienne.

Lundi 14 mai, une manifestation protestant contre le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem tourne à l’affrontement avec l’armée israélienne. La fusillade tue 55 Palestiniens et en blesse au moins 2000 autres. La Palestine de nombreux morts depuis le 30 mars dernier.

En réaction à ces événements, une centaine de manifestants antisionistes ont déroulés un immense drapeau palestinien sur la place Jean-Jaurès aux cris de « Palestine vivra ». Ils répondaient à l’appel conjoint des sections locales du NPA, de l’UET, d’Attac, de Coup pour Coup, de la CGT et de la campagne BDS. Était aussi présente l’association ariégeoise Couserans Palestine.

« Nous intervenons pour essayer d’obtenir des gouvernants, français ou européens, qu’ils fassent appliquer le droit international » soutient un des représentants de l’association Couserans Palestine, « et en particulier en ce qui concerne l’occupation illégale des territoires palestiniens, en ce qui concerne également les liens économiques, diplomatiques, les ventes d’armes entre la France et Israël et qui contribuent à l’occupation. »

Banderole de l’association ariégeoise Couserans Palestine. Crédits: Mathieu Vergez

Antisionisme et antisémitisme

« Les positions de la diplomatie française sont totalement insuffisantes« , abonde encore le militant couserannais. « Macron, non seulement ne soutient pas les Palestiniens, mais en plus considère les militants, qui essaient de les défendre en proposant un boycott, qui est l’arme des faibles, comme antisémites. […] Or, ce qu’il faut savoir, c’est que parmi nous, les militants qui soutiennent les Palestiniens, il y a beaucoup de juifs. Et en Israël même, il y a beaucoup d’activistes qui sont juifs. Ils sont Israéliens, et ils soutiennent nos revendications. Donc, on ne peut pas dire que les juifs soient antisémites, ça me parait énorme. C’est pourtant ce que disent un certain nombre de gens dont la maire de Paris, l’ancien Premier ministre, et un actuel président de la République. »

Le président Emmanuel Macron avait en effet déclaré, le 16 juillet 2017 lors de la visite en France du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, que « l’antisionisme [était] la forme réinventée de l’antisémitisme ».

Mathieu Vergez