Qui était François Verdier, alias « le Forain » ?

Qui était François Verdier, alias « le Forain » ?

2050
PARTAGER
François Verdier
Son petit-fils, Alain Verdier, vient d’être nommé président du Conseil départemental de la résistance de Haute-Garonne. Il succède à Marcel Granier, après s’être occupé du Mémorial François Verdier Forain Libération Sud, une association œuvrant pour l’histoire et la mémoire de ceux qui incarnaient la résistance dans la région toulousaine. Mais qui était vraiment François Verdier ? 

Les allées François Verdier : prolongement du boulevard Carnot, monument aux morts, station de métro… Cette appellation est néanmoins relativement récente : initialement « Allées de l’Esplanade », puis nommée « Allées des vertus » par les sans-culottes, « Allées Saint-Étienne » sous l’Empire jusqu’en 1940 où elles deviennent les « Allées du Maréchal Pétain » !

Lire aussi :  D’où vient le nom de la place  Esquirol ?

En 1944, peu après la libération, ce boulevard reliant le monument aux morts au square Boulingrin, est baptisé comme nous l’entendons encore aujourd’hui, en hommage à François Verdier, chef de la résistance de la région.

L’homme, connu aussi sous le pseudonyme de « Forain », est originaire de Lézat. Dignitaire franc-maçon et secrétaire fédéral de la Ligue des Droits de l’Homme lors de la déclaration de guerre de 1939, François Verdier – déjà reconnu pour ses positions contre Franco lors de la révolution espagnole – entre dans plusieurs mouvements de résistance. Il est choisi en juin 1943 par le Général de Gaulle pour devenir le chef des Mouvements Unis de la Résistance dans le Sud-Ouest.

Lire aussi : Il y a 80 ans, chutait « l’Archange », Jean Mermoz

Arrêté, il est emprisonné dans la prison Saint-Michel – sur la place qui porte aussi un nom de résistant : Marcel Langer – où certains témoins de l’époque affirment qu’il a été torturé. Son corps est retrouvé le 27 janvier 1944 dans la forêt de Bouconne : François Verdier a été exécuté avant d’être défiguré par une grenade placée dans sa bouche.

Les commémorations, organisées par d’anciens résistants, permettent aussi à sa famille et aux responsables politiques de la région toulousaine de rappeler son courage et ses valeurs démocratiques, socialistes et républicaines.

A. de B.