Boisson Divine : ils ont chanté la bataille de Toulouse

Boisson Divine : ils ont chanté la bataille de Toulouse

1338
PARTAGER
Bataille de Toulouse
Crédit photo : Boisson divine
Passée sous silence, méconnue, la bataille de Toulouse a pourtant été un élément clé dans la construction de l’Europe. Les troupes d’Eudes d’Aquitaine mettent fin à l’invasion arabo-musulmane. C’était le 9 juin 721. Treize siècles plus tard, un groupe de musique gascon leur rendent hommage. 

9 juin 721. Les troupes d’Eudes d’Aquitaine sortent victorieux de la bataille de Toulouse contre les troupes arabo-musulmanes menées par l’émir Al-Samh ibn Malik. Malgré leur sous-nombre évident, l’effet de surprise a joué en faveur des autochtones face aux conquérants. Bien que les manuels scolaires passent sous silence cet évènement crucial, c’est bien à Toulouse, que la conquête militaire arabe s’arrêta.

Lire aussi : Quand Eudes d’Aquitaine arrêtait la conquête militaire des musulmans à Toulouse

Chanter pour se souvenir de la bataille de Toulouse

Le groupe gascon de rock-métal Boisson Divine a dédié une de ses chansons aux héros de 721, dans leur second album Volentat (2016). Elle s’appelle Caussada Deus Martirs — La chaussée des martyrs. L’idée est apparue lors d’une lecture du chanteur, Baptiste Labenne. Dans Histoire de France, l’imposture ! de Georges Labouysse (éd. Ostal de Libre), quelques lignes évoquent « la chaussée des martyrs ». « J’ai eu l’envie de m’y intéresser, j’ai fait quelques recherches sur internet et j’ai pris conscience de l’importance de cette bataille pour l’Europe », nous livre Baptiste Labenne. « Dans mes recherches, je me rend compte qu’aucun Franc ou Arabe ne parle de 732. Pour eux, la grande bataille était à Toulouse ». C’est aussi vrai que les arabes ont longtemps commémoré ce jour, en souvenir de cette défaite. « C’est notre histoire », rappelle le chanteur. L’Aquitaine d’alors rassemblait à la fois les Gascons et les Basques, « cela nous concerne très directement ». 

Lire aussi : Boisson Divine, le groupe de rock traditionnel qui monte

La bataille de Toulouse est donc capitale dans la formation de l’identité régionale. Cette victoire a permis aux Aquitains de garder leur spécificité, de renforcer l’aspect identitaire de cette région. « Il est évident que ça a une incidence sur notre comportement aujourd’hui », constate Baptiste Labenne. Et face au silence des manuels scolaires sur cet événement, le groupe Boisson Divine, qui a à cœur de « mettre en lumière les légendes et les histoires méconnues de notre région », s’est emparé de ce sujet pour composer une chanson vantant l’héroïsme des troupes d’Eudes. « Ils se sont unis pour ne pas disparaître, il faut s’en inspirer. C’est une époque où régnait le sens de la défense du pays, au sens gascon du terme ».

Paroles en gascon : 

La balaguèra mia lo son de la guèrra 
Lo deus chivaus de l’armada berbèra 
Los fanatics de la lèi coranica 
Vòlen pilhar la riquèssa antica 

Eude d’Aquitània dab l’espada 
Qu’a la hami de dar l’estocada 
Au bèth mièi de l’embuscada 
Gavidarà la ponchada 
Anem Chivalièrs! 
De cap tà l’assautada 

Tolosa, escota ! Lo bruch de la batalha 
Lo combat com ua halha, 
Hè tremolar las muralhas 
Tolosa, escota ! Lo bruch de la susmauta 
Dinc a la mort e tau pais 
Caussada deus Martirs 

Non i a pas guaire, son venguts los Òmeiadas 
Espiatz adara la ciutat assetjada 
Uei que me’n torni dab milèrs de soldats 
Los de la tasca seràn desliurats

Lire aussi : Portrait d’Eudes d’Aquitaine

Eude d’Aquitània dab coratge 
A l’invasion que harà barratge 
Au bèth miei de la mesclada 
Guidarà la patacada 
Anem chivalièrs sonatz las trompetadas ! 

Tolosa escota… 

La prova mescla sang et sudor 
Suu camp batalhèr moreishen 
Los sauneis de grandor 
Vinçuts, s’escapan sus la via 
Vòli lo cap deu capdau 
Podetz cremar la soa esquia

A nueit que cantam la victoèra 
L’enemic n’ei pas luenhèc 
Que’s tornarà enquèra 

Doman, qu’anaram tau combat 
Amassas dab hardiessa 
Caderà lo califat 

Tolosa escota… 

Paroles en français :

Le vent du sud porte le son de la guerre
Celui des chevaux de l’armée berbère
Les fanatiques de la loi coranique
Veulent piller la richesse antique

Eudes d’Aquitaine avec l’épée
À faim de donner l’estocade
Au milieu de l’embuscade
Il mènera le combat
Allons chevaliers,
À l’assaut !

Toulouse, écoute ! Le bruit de la bataille
Le combat comme un brasier
Fait trembler les murailles
Toulouse, écoute ! Le bruit de la révolte
Jusqu’à la mort et pour le pays
Chaussée des Martyrs

Il y a quelques temps sont venus les Omeyyades
Regardez maintenant la cité assiégée
Je reviens avec des milliers de soldats
Les autochtones seront délivrés

Lire aussi : L’occupation musulmane en Languedoc au VIIIe siècle

Eudes d’Aquitaine avec courage
À l’invasion fera barrage
Au milieu de la mêlée
Il guidera la bagarre
Allons chevaliers, sonnez trompettes !

Toulouse, écoute…

La poussière mêle sang et sueur
Sur le champ de bataille
les rêves de grandeur meurent
Vaincus, ils s’échappent sur la voie
Je veux la tête du chef
Vous pouvez brûler son échine

Cette nuit nous chantons la victoire
L’ennemi n’est pas loin
Il reviendra encore

Demain nous irons au combat
Ensemble avec hardiesse
Le califat tombera

Toulouse, écoute…

Boisson divine, le groupe qui chante l’histoire

Parmi le répertoire du groupe gascon, la bataille de Toulouse n’est pas la seule référence historique que l’on peut retrouver. Boisson Divine met également à l’honneur les paysans landais qui se sont révolté contre la gabelle sur le sel — impôt décrété par Colbert au XVIIe siècle. Les paysans, surnommés les invisibles, s’attaquaient aux convois royaux, sous le commandement d’Audijos. Cet épisode de jacquerie donnera naissance à la chanson Los Invisiblesdans l’album Volentat, sorti en 2016.

Boisson Divine honore également la dame de Brassempouy. Une statuette en ivoire taillée dans une corne de Mammouth. Découverte et préservé dans la petite ville éponyme des Landes gasconnes, la dame à la capuche est vraisemblablement la plus ancienne représentation connue au monde d’un visage humain. Elle daterait de 23 000 ans avant la naissance de Jésus-Christ. Elle inspirera le groupe dans sa chanson Dauna de Brassempoi

Nicolas B.