Mouvement Radical 31: l’élection de Jean-Jacques Bolzan annulée

Mouvement Radical 31: l’élection de Jean-Jacques Bolzan annulée

982
PARTAGER
jean-jacques bolzan
Logo officiel du Mouvement Radical Social Libéral.
Ce dimanche 10 juin, les instances nationales du Mouvement Radical Social Libéral ont été saisies dans le cadre de l’élection d’un nouveau président départemental en Haute-Garonne. La commission de conciliation a pris la décision d’annuler l’élection de Jean-Jacques Bolzan, suite aux accusations de son concurrent, qui dénonce l’utilisation frauduleuse d’un fichier d’adhérent.

En décembre dernier, les radicaux du Parti Radical de Gauche (PRG) et du Parti Républicain Radical et Radical-Socialiste (ou Parti Radical Valoisien, PRV) se sont réunis autour du Mouvement Radical Social Libéral. Le mouvement est co-présidé, au niveau national, par Sylvia Pinel et Laurent Hénart. À l’échelle locale, le parti était jusqu’à présent co-dirigé par Pierre-Nicolas Bapt (ex-PRG) et Jean-Jacques Bolzan (ex-PRV). Les militants étaient appelés aux urnes vendredi 1er juin pour départager les deux candidats sortants.

Jean-Jacques Bolzan a été élu à l’issue de ce scrutin, 165 voix contre 76.

Des soupçons de fraude

Une élection qui sème le désordre, depuis que son principal concurrent, Pierre-Nicolas Bapt a accusé le nouveau président d’avoir détourné le fichier des adhérents de l’association qu’il préside, « Agir pour l’Avenir des Toulousains » (2AT). Jean-Jacques Bolzan aurait envoyé ses professions de foi sous l’enveloppe de son association, en détournant le fichier des adhérents. Pierre-Nicolas Bapt, son concurrent, évoque également un problème de financement de la campagne dont l’association a, selon lui, assuré au minimum les frais de diffusion. Ce dernier, estimant une violation de données personnelles, a demandé à la CNIL d’être saisie.

Jean-Jacques Bolzan, de son côté, assure que tout est clair, et concède avoir utilisé une carte d’abonnement de son association pour bénéficier de tarifs préférentiels quant aux 250 envois postaux. Quant à la facture, il assure l’avoir réglée lui-même, avec sa carte bleue personnelle.

Des soutiens de taille 

Cette ambiance électrique n’a pas empêché l’ex-Valoisien d’être élu à la tête du bureau départemental du Mouvement Radical Social Libéral, fort de ses mandats d’adjoint à la mairie de Toulouse, de conseiller régional et du soutien de Sylvia Pinel. L’élu a également pu compter sur le silence de la Dépêche du Midi sur cette affaire, significative de l’ambiance au sein de ce nouveau parti d’unification. Le titre de presse appartient en effet au groupe La Dépêche de Jean-Michel Baylet, ancien président du Parti Radical de Gauche, un des partis ayant fusionné pour former le Mouvement Radical.

Les instances nationales du mouvement qui ont été saisies, a pris la décision d’annuler cette élection. En plus des accusations de Pierre-Nicolas Bapt, des anomalies auraient été relevées. Une enquête a été ouverte et une nouvelle élection devrait avoir lieu en septembre. Lors du vote, notamment, plusieurs votants ont été identifiés comme n’appartenant pas aux militants du mouvement. Ces derniers portaient l’uniforme d’un établissement de restauration toulousain, et pourraient correspondre aux adhérents de l’association 2AT. Le fichier des adhérents comporte d’ailleurs à peu près 80% d’adhérents issus des commerces et restaurants toulousains.

Jean-Jacques Bolzan pourrait déposer une plainte en diffamation. En attendant le renouvellement du vote, l’enquête devrait apporter quelques éléments de réponses durant l’été qui la précédera.