Les Dropkick Murphys, du rock à l’accent celte

Les Dropkick Murphys, du rock à l’accent celte

671
PARTAGER
Dropkick Murphys musique irlandaise
En ce 21 juin, jour de la fête de la musique, Infos-Toulouse vous propose nos meilleurs articles sur cet art immortel. Mêlant des influences de musique irlandaise traditionnelle, punk hardcore, oi! ou encore folk rock, formé dans le Massachusetts en 1996, les Dropkick Murphys ont réinventé la culture « punk-celtique ».

Au fil de sa carrière, Dropkick Murphys a acquis une réputation importante grâce à de nombreuses tournées dans le monde entier et à l’organisation des week-ends de la Fête de la Saint-Patrick à Boston durant lesquels le groupe se produit sept jours d’affilé devant des milliers de fans provenant des quatre coins du globe et présents chaque pour cette occasion.

La devise du groupe évoque l’importance de la famille et de la fierté à l’égard de ses origines. Il se présente souvent comme la voix des ouvriers. Le groupe, du reste, se revendique comme un groupe d’ouvriers insistant sur le fait que la plupart de ses membres ont connu la vie active et ses réalités avant de se lancer sur la scène. Ken Casey, bassiste et chanteur du groupe déclare lors d’une interview : «Peut-être que c’est parce que nous avons lancé le groupe alors que nous avions 24 ou 25 ans et qu’on avait l’expérience du marché du travail. J’ai toujours senti que notre musique s’adressait aux travailleurs manuels, aux ouvriers. »

Il s’est fait également connaître avec la reprise de bon nombre de chansons traditionnelles irlandaises, telles que Finnegan’s Wake, The Fighting 69th, Black Velvet Band ou encore The Auld Triangle. Enfin, il connaît le succès avec l’album The Warrior’s Code dont le tube I’m Shipping Up to Boston fut utilisé dans la bande originale du film de Martin Scorsese, Les Infiltrés.

Lire aussi : Boisson Divine, le groupe de rock traditionnel qui monte

Dropkick Murphys utilise des instruments traditionnels, tels que la cornemuse, l’accordéon, la mandoline ou la flûte à partir de l’album Sing Loud, Sing Proud! Il reprend de nombreuses chansons traditionnelles irlandaises, telles que (F)lannigan’s Ball, I’m Shipping Up To Boston, The Fields of Athenry, Fairmount Hill, Johnny, I Hardly Knew Ya, The gang’s all here, The Fighting ou encore The Green Fields of France (No Man’s Land) reprise de Eric Bogle parlant d’un jeune Écossais, Willie McBride, mort durant la Première Guerre mondiale.

Plusieurs des reprises faites par Dropkick Murphys sont des standards irlandais dits Irish Pub Drinking Song (chanson à boire de pub irlandais).

Dropkick Murphys est devenu le précurseur du punk celtique dans les années 2000. Mélangeant différents instruments, le groupe a été souvent comparé au groupe californien Flogging Molly, mais avec un son beaucoup plus agressif, frôlant souvent avec le oi! et le street punk, surtout dans leur premier album. Le groupe ouvrit la porte à la constitution de différents groupes, avec notamment The Real McKenzies, groupe canadien qui assume ses origines et ascendances écossaises.

Ambiance assurée !