La gouvernance de Carole Delga de plus en plus critiquée

La gouvernance de Carole Delga de plus en plus critiquée

462
PARTAGER
Carole Delga
Carole Delga au Conseil régional d'Occitanie. Crédit : Lengadoc Info
Diminution du temps de parole de l’opposition, désaccords de fond, la gouvernance de la Région Occitanie par Carole Delga est vivement critiquée. Lengadoc-Info décrypte. 

Vendredi 22 juin, la réunion des 158 conseillers régionaux d’Occitanie a été marquée par plusieurs polémiques entre Carole Delga, présidente socialiste et les différents élus d’opposition. Outre les désaccords de fond (sur le budget, l’écologie ou la politique de la ville) c’est le fonctionnement, très autoritaire, de la collectivité qui pose de plus en plus problème.

Lire aussi : Travailleurs détachés : le Préfet contredit les chiffres de La Dépêche et Carole Delga

Christophe Rivenq, président de l’UEDC (Union des élus de la droite et du centre), a d’emblée regretté la diminution de temps de parole laissé à son groupe rassemblant « Les Républicains », l’UDI et le Modem (seulement 37 minutes pour une journée de presque 12 heures). Julien Sanchez, président du groupe RN (Rassemblement national, nouvelle appellation du FN) a lui aussi dénoncé le manque de considération dont est victime l’opposition, la diminution du temps de parole des élus allant de pair avec l’augmentation du temps donné aux comités non-élus (CESER et Assemblée des territoires).

L’opposition d’extrême-gauche placardisée par Carole Delga

Mais les critiques ne viennent plus uniquement des droites de l’assemblée. Les quatre élus mélenchonistes, récemment exclus de la majorité, ont quitté la salle pour dénoncer l’autoritarisme de Carole Delga. Cette dernière fait tout pour marginaliser les « insoumis », entrés en dissidence depuis plusieurs mois. Privés de groupe, de bureau et de moyens, ces quate élus n’ont presque plus de temps de parole. Notons que Julien Sanchez, au nom du RN, s’est dit favorable à la création d’un groupe mélenchoniste au nom du respect du pluralisme. Le réglement intérieur ultra-rigide, rédigé par Gérard Onesta, est accusé par le RN d’être un outil pour bâillonner les opposants.

Carole Delga pourfend les « populistes » et appelle à l’accueil des migrants

C’est dans ce cadre très contraint que la gauche et le RN se sont opposé sur le thème de l’immigration. L’offensive a été déclenchée dès les premières minutes par Carole Delga qui a très sévèrement critiqué l’évolution euro-sceptique de nombreux pays voisins. Fustigeant le Brexit, les « régimes autoritaires » ou « néo-fascistes » du groupe de Visegrad, de l’Italie et de l’Autriche, Mme Delga a plaidé pour un large accueil des migrants, notamment ceux de l’Aquarius réceptionné récemment par les socialistes espagnols. Cette diatribe europhile et pro-migrants à suscité une réplique virulente des élus RN. Curieusement, alors que Laurent Wauquiez assume une ligne de plus en plus droitière, les élus LR Occitanie n’ont pas réagi au discours immigrationniste de Carole Delga.

Lengadoc-Info.com