La plus grande mosquée de Toulouse inaugurée

La plus grande mosquée de Toulouse inaugurée

8767
PARTAGER
mosquée empalot
La grande mosquée d'Empalot fait figure de vitrine de l'islam à Toulouse
La mosquée d’Empalot a été inaugurée samedi 23 juin à Toulouse, en présence du maire et de la présidente de la région Occitanie. Après treize ans de travaux et d’appel aux dons, plusieurs zones d’ombre viennent entacher le plus grand édifice religieux de Toulouse. 

C’est désormais le plus grand édifice religieux de Toulouse. À côté de cette mosquée de 2800 places la cathédrale Saint-Étienne (1200 places) et la basilique Saint-Sernin (1000 siècle) paraissent bien petites, malgré leurs siècles d’existence. La mosquée d’Empalot, visible depuis la partie sud du périphérique a été inaugurée en grande pompe samedi 23 juin, en présence du maire de la ville Jean-Luc Moudenc (LR) et de la présidente de la région Occitanie Carole Delga (PS).

Lire aussi : Le plus grand édifice religieux de Toulouse sera… la mosquée du Mirail

Financée grâce à des donateurs mais aussi aux contributions de l’État algérien, à hauteur de 213 000 euros, et du Koweït, pour 131 000 euros, aucun financement public n’a été dédié aux travaux qui ont duré treize ans. Sauf que la mairie aurait quand même donné un coup de pouce foncier à la communauté musulmane sur le prix de vente du terrain.

Un prix de vente qui déguise une subvention ? 

Comme le rapporte Robert Langlois en 2017 : « À l’origine du projet, l’imam Tataï avait acheté une ancienne propriété de 5 000 m2 pour 213 429 € dans un parc situé au 2, chemin des Côtes-de-Pech David, dans un quartier de villas et de résidences neuves de qualité. À ce prix là, à cet endroit, la constructibilité du terrain devait être très faible. Affaire sensible, le terrain ne convient pas pour un tel projet incompatible avec le voisinage. Jean-Luc Moudenc, adjoint à l’urbanisme fait traîner et finit par refuser le permis de construire. L’affaire capote, le problème reste entier.

Bonne affaire quand même pour l’imam qui revend le terrain et réalise une plus value de 840 000 euros. Ce chiffre figure expressément sur la présentation des comptes faite par l’association.

Lire aussi : La mairie de Toulouse ferme la mosquée de Bagatelle, celle-ci l’attaque en justice
Prix pour le preneur final : 213 429 + 840 000 = 1 053 000 (arrondis) soit 210 euros le m2 au sol. Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre que pour atteindre un tel prix, la constructibilité du terrain a été gentiment augmentée entre temps par l’adjoint à l’urbanisme de l’époque. Il faut bien aider les fidèles … C’est le constructeur Monnè Decroix qui a réalisé la résidence “le Bragance”, 58 logements collectifs sur ce terrain.
Comme un bienfait ne vient jamais seul, Jean-Luc Moudenc a rapidement trouvé un nouveau terrain pour le projet, en toute transparence. Situé à quelques encablures du premier, juste de l’autre côté du périphérique, cette fois-ci dans Toulouse intra muros.

“La mairie s’engage à le vendre à prix coûtant, et même à racheter une parcelle à l’État, le tout pour la somme symbolique de 20 000 euros.” Or la surface de ce terrain situé en zone urbaine est de 1304 m2. Soit 15,33 euros le m2 au sol, à comparer aux 200 euros de l’autre côté du périphérique… »

Quel imam pour la mosquée d’Empalot ?

Pour animer les prières du vendredi et l’animation de l’édifice, c’est l’imam Mohamed Tataï qui présidera la mosquée. Arrivé en France en 1987, il prêche toujours en arabe et serait payé par l’Algérie, selon le site Islamisation.fr qui a fait une enquête sur sa personnalité.

Lire aussi : Des islamistes toulousains forment des enfants kamikazes

Ses propos sur l’attente du retour du califat et la nécessaire domination des musulmans ont alerté ce même site, notamment depuis le prêche du 4 février 2011, repéré par le site Islamineurope.

« Une religion bizarre qu’est cette « démocratie », avec ses mille visages elle sert à protéger les châteaux et à garder le dictateur, elle reprend le discours de la majorité du pouvoir et de l’argent contre celle du peuple et de l’idéologie. Celui qui ne donne pas son importance à cette communauté, et sous estime sa volonté et ses choix, souffre incontestablement et entre autre d’une incompétence intellectuelle, d’une cécité historique, et d’une torpeur sensorielle. »

Dans un de ses prêches en arabe mis en ligne sur le compte Youtube de la mosquée, il parle de combattre ceux qui doutent de l’islam, et cite même l’idéologue des Frères Musulmans Youssef Al-Qaradawi (aujourd’hui interdit de séjour en France), pourtant connu pour prescrire le meurtre des apostats, des juifs et des homosexuels :

« [Le Prophète Muhammad] nous a parlé de la bataille finale et décisive: ”Le Jour du Jugement ne viendra pas jusqu’à ce que les Musulmans combattent les Juifs, les Juifs se cacheront derrière les pierres et les arbres, et les pierres et les arbres diront : Oh musulman, oh serviteur d’Allah, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer. »

Un traducteur de l’Observatoire de l’islamisation transcrit :

« Mes frères en islam, notre discours de ce jour est qu’il n’y a pas de civilisation qui s’est propagée, ni une da’wa (prédication/prosélytisme actif) qui apparut sans sacrifices (consentis), sacrifices des fidèles de ses fils, sacrifices de ceux qui portent en eux-mêmes cette da’wa, qui vivent avec elle, pour elle et tendent vers elle.
Lire aussi : Toulouse est la deuxième ville abritant le plus d’islamistes
Notre prêche de ce jour porte sur les types de sacrifices. Nous vivons avec la quintessence de l’élite, mes chers. Qu’on se demande… chacun de nous doit se demander, chacun de nous ne doute pas de son islam et celui qui doute de son islam qu’on le combatte (nuqateluhu = de sing. qital = sous-entendre : tuer), qu’on se brouille avec lui, qu’on soit en colère à son encontre, parce qu’il [le musulman] est fier de ce joyau/diamant [l’islam]. Alors, qu’avez-vous apporté à l’islam ? C’est là la question sur laquelle devrait s’arrêter chacun de nous ! (3:03) »

Une inauguration politique

Retrouvez parmi une sélection de tweets, les réactions de la classe politique locale.