L’Aquarius subventionné par la région Occitanie

L’Aquarius subventionné par la région Occitanie

26847
PARTAGER
Aquarius SOS Méditerranée
L'Aquarius, le navire de l'association française SOS Méditerranée qui revendique 29 000 migrants débarqués par ses soins en Europe. Crédit : Wikipédia
Accepté par Malte alors qu’il restait indésirable sur l’île et en Italie, l’Aquarius cherche des nouveaux ports pour emmener en Europe des milliers de clandestins. L’Occitanie pourrait être en première ligne. 

L’Aquarius refait parler de lui. Depuis que le navire réquisitionné depuis 2016 par l’association SOS Méditerranée n’est plus le bienvenu dans les ports italiens, le débarquement de centaines de clandestins se fait de plus en plus difficile. Si en juin dernier, c’est le port espagnol de Valence qui a accueilli le bateau avec plus de 600 migrants à son bord, la France pourrait devenir le nouvel eldorado des clandestins.

À la recherche d’un ou plusieurs ports « sûrs » après avoir recueilli 141 passagers clandestins vendredi 10 août, le navire n’étais jusqu’au mardi 14 août pas autorisé à se rendre en Italie ou à Malte. Jean-Claude Gayssot, ancien ministre des Transports et vice-président communiste de la région Occitanie et aujourd’hui directeur du port de Sète s’est dit prêt à accueillir le navire dans la ville de Paul Valéry. Un message vite repris par Carole Delga qui a déclaré sur France Info : « Il est tout à fait possible techniquement de les accueillir si l’État français l’acceptait et je pense que la France se grandirait de faire preuve d’humanité. » Elle emboîte ainsi le pas du président de l’assemblée corse, Jean-Guy Talamoni.

Lire aussi : Les députés de Haute-Garonne adoptent la loi asile et immigration

Après des pourparlers entre l’Élysées et les autres pays européens, Malte a décidé d’accueillir le navire, bien qu’il soit, à ce jour (mardi 14 août) plus proche des côtes tunisiennes ou libyennes qu’Européennes.

Position de l’Aquarius (point bleu) le 14 août 2018 à 16h24. Source : http://www.pilotage-maritime.nc

L’Occitanie, mécène des associations pro-immigration

Ce n’est pas pour rien que c’est en Occitanie que la demande d’accueillir le bateau se fait aussi pressante en France. La région dirigée par Carole Delga est en première ligne dans l’accueil des migrants. Dans le rapport d’activité 2017 publié par SOS Méditerranée France, l’association présente ses principales sources de financement.

Lire aussi : La gouvernance de Carole Delga de plus en plus critiquée

Parmi elles, la région Occitanie octroie 49 690 euros de subventions à l’association. Une partie non-négligeable des 370 000 euros de crédits accordés aux clandestins. Dès sa prise de fonction en 2015, la présidente socialiste avait débloqué 1 million d’euros pour un dispositif qui verse des primes de 1 000 euros par migrant aux communes qui en accueillent. En juillet 2018, la Région a versé 310 000 euros pour l’accueil, le logement et l’apprentissage de la langue française pour les primo-arrivants. Enfin, les contribuables de la région ont payé pour des cours de cuisine et d’estime de soi à l’attention des migrants. Des dépenses dénoncées par Quentin Lamotte, conseiller régional d’opposition au sein du groupe Rassemblement national.

Sur l’année écoulée, les ressources totales collectées par l’ONG SOS Méditerranée s’élève à 3,6 millions d’euros, soit 63% de plus qu’en 2016 (2,2 millions d’euros l’année précédente). En 2017, les dons de particuliers ont atteint la somme de 2,7 millions d’euros et 650 000 euros ont été récoltés grâce au mécénat (entreprises, fondations, associations). Cela représente 1,2 millions d’euros de plus (+55%) qu’en 2016. Les subventions publiques représentent quant à elles 250 000 euros, portant la proportion du financement institutionnel à 7 %. Elles ont progressé de 400 %, principalement en raison de l’octroi de réserves parlementaires provenant de 24 députés et sénateurs et totalisant 144 680 euros.

Lire aussi : Opération « Stop Migrants » dans les Alpes : entretien avec Aymeric

Outre les généreux donateurs de l’association, la quasi intégralité des grands groupes médiatiques français font parti des « donateurs en nature », comme le souligne Breizh Info :

Amaury Media (L’EQUIPE TV) ; CANAL+ (VICELAND, Planete +, Comedie +, Infosport +, Non stop people, Campagne TV) ; IP France (RTL) ; Lagardère Publicité (Europe 1, Virgin radio, RFM, RFM TV, VIRGIN radio TV, Elle Girl) ; M6 (6TER, W9) ; NRJ (NRJ12, NRJ hits, Station 25, NRJ, Chérie 25, Nostalgie, Rires et Chansons) ; REGIS (Mangas, TREK, Animaux, Toute l’Histoire, Sciences et Vie TV, Chasse et Pêche, AB Moteurs, AB1) ; TF1.

Mais aussi (non valorisé dans les comptes de l’association) les dons en nature de France 2 ; France 3 ; NEXT (RMC, BFM Business) ; Nova Régie (Radio Nova, TSF Jazz) ; Radio France (France info, France inter, France bleu);  Skyrégie (SKYROCK).

L’Aquarius a emmené plus de 29 000 clandestins en Europe

Si depuis que le nouveau ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a fait savoir que l’Aquarius n’était plus le bienvenue dans ses ports, l’association a eu ses heures fastueuses. En 28 mois d’existence, elle revendique plus de 29 000 migrants débarqués en Europe.

Lire aussi  L’Italie, cet étrange laboratoire politique

Et si le bateau se trouve actuellement au large de la Libye et de la Tunisie, l’équipage n’entend pas secourir ses passagers dans les ports africains mais semble déterminé à traverser la Méditerranée coûte que coûte. Une posture bien plus politique qu’humanitaire.

Nicolas B.