Premier prieur dominicain de Toulouse, bienheureux Bertrand de Garrigues

Premier prieur dominicain de Toulouse, bienheureux Bertrand de Garrigues

292
PARTAGER
Bertrand de Garrigues
Fêté le 6 septembre, le bienheureux Bertrand de Garrigues a été le premier prieur du premier couvent dominicain de Toulouse et l’un des premiers compagnons de saint Dominique. On dit de lui qu’il était « un véritable reflet de la sainteté de son maître ».

Bertrand de Garrigues naît dans le Gard, dans le village dont il porte le nom. Il entra dans l’Ordre en 1215 et fut en 1216 le premier prieur du premier couvent dominicain : Saint-Romain de Toulouse. Saint Dominique l’envoya à Paris en 1217, où il fonda avec le frère Mannès le couvent Saint-Jacques (aujourd’hui rue des Tanneries, dans le XIIIe arrondissement) au cœur de l’Université qui était alors la première de l’Europe chrétienne. Il fonda plusieurs autres couvents à Montpellier, à Avignon et ailleurs.

Lire aussi : Quand saint Dominique s’établissait à Toulouse

De retour à Toulouse en 1219, il fut nommé, en 1221, premier Provincial de Provence. Âme de grande pénitence et de singulière innocence, dans sa profonde humilité il ne cessait de pleurer abondamment sur ses péchés, au point que saint Dominique, jugeant ces pleurs excessifs, lui demanda de se contenter de pleurer pour la conversion des pécheurs. Jourdain de Saxe le décrit ainsi : « Compagnon de saint Dominique dans les voyages, dans la sainteté et dans la ferveur ». Beaucoup de ses attitudes reflétaient, jusque dans les traits extérieurs, le comportement de son maître Dominique qu’il s’était proposé d’imiter et qu’il avait suivi dans ses voyages. Après la mort de saint Dominique, en 1221, il veilla sur les sœurs de Prouille, ces anciennes cathares converties dont la prière soutenait la prédication des frères.

Lire aussi : La mort de Simon de Montfort ou le déclin de la Croisade des Barons

Il meurt le 18 avril 1230 au cours d’une retraite, qu’il prêchait aux cisterciennes de Bouchet, près d’Orange. Son tombeau y devint un lieu de pèlerinage. Son corps, enlevé par les Frères Prêcheurs d’Orange en 1414, fut vénéré dans leur église jusqu’en 1561, date à laquelle il fut jeté au feu lors des guerres de religion.  Au XVIIIe siècle, sa statue, placée dans l’église, était encore vénérée par les fidèles qui en avaient fait un saint. Un culte approuvé en 1881 par Léon XIII.

Bertrand de Garrigues

Source.