Dans l’enfer des squats à Montpellier

Dans l’enfer des squats à Montpellier

825
PARTAGER
squats squatters
Image d'un squat à Montpellier. Crédit photo : Lengadoc-Info
Des journalistes de Lengadoc-Info sont allés visiter deux squats de Montpellier et y ont découvert un véritable enfer. 

À Toulouse comme en Ariège, du Gers à l’Hérault, l’Occitanie regorge de squats, dont la plupart du temps, les dégâts découverts après évacuation éclairent sur les dangers de ces lieux, où circulent drogues, clandestins, trafics en tout genre et maladies.

Lire aussi : Quand l’Université devient un squat pour migrants

La maison d’une personne âgée squattée à Toulouse

Après le plus grand squat toulousain aux Arènes, démantelé en 2017, le sujet est de nouveau dans l’actualité, depuis qu’une personne âgée, installé dans une maison de retraite, a vu sa maison devenir un énième squat de la ville rose, dans le quartier Fontaine-Lestang. Depuis, le collectif de squatteurs ont mis sous bâche dans le jardin toutes les affaires personnelles du propriétaire et loge illégalement une dizaine de personnes. La procédure d’expulsion peut durer longtemps, les occupants ayant déclaré occuper la maison depuis 48 heures, le propriétaire doit maintenant faire constater l’occupation par voie d’huissier, puis demander auprès du tribunal d’instance de Toulouse un référé d’expulsion. Et personne ne peut savoir dans quel état, il retrouvera sa propriété.

Lire aussi : [Squat des Arènes] Une semaine après, les riverains témoignent de l’enfer vécu

À Montpellier, nos confrères de Lengadoc-Info viennent de réaliser une vidéo, tournée dans deux squats abandonnés. Gérés par des militants d’extrême-gauche, on y retrouve des affiches et autocollants, des seringues, des traces de consommation de drogue et des cocktails molotov.

Dans l'enfer des squats à Montpellier

Drogues, excréments et cocktails molotov… bienvenue dans l'enfer des squats à Montpellier.Crédit : Lengadoc Info

Publiée par Lengadoc-Info sur Mardi 18 septembre 2018

Lire aussi : Squat des piscines privées, le nouveau jeu des « jeunes » toulousains