Football. Déjà deux mois de disette pour le Toulouse FC

Football. Déjà deux mois de disette pour le Toulouse FC

168
PARTAGER
Toulouse FC
TFC-LOSC, le 5 mai 2013 dans un Stadium dégarni.
Voilà deux mois que les joueurs du Toulouse FC ne font plus rêver ses supporters. Deux mois à enchaîner revers et matchs nuls sur leur pelouse comme à l’extérieur. De quoi attiser la colère des plus fidèles aficionados. 

Une impression de déjà vu. Après un mois d’août prometteur, malgré une défaite à Marseille (4-0), le Toulouse FC avait pourtant enchaîné trois victoires de rang, dont le derby de la Garonne contre Bordeaux (2-1). Mais voilà, depuis le déplacement victorieux à Guingamp le 1er septembre (2-1), les mauvais résultats plongent le club une nouvelle fois dans ses travers.

Quatre matchs nuls Monaco (1-1), à Angers (0-0), à Rennes (1-1), contre Nice (1-1), trois défaites contre Saint-Étienne (2-3) et surtout deux lourds revers à Nantes (4-0) et contre Montpellier (0-3), le club dégringole de la troisième à la onzième place, actuellement.

Vers une descente aux enfers ? 

Dans un communiqué publié par l’Association de défense des intérêts des supporters toulousains (ADIST), le jugement sportif des dernières prestations est sévère : « Séduisant les premières semaines, le TFC est désormais redevenu l’équipe brouillonne et ultra-prévisible qu’elle était ces dernières années. Le football toulousain redevient cette bouillie indigeste dont nous avons, nous supporters toujours fidèles, trop souvent été gavés jusqu’à l’indigestion. » 

Lire aussi : Une association pour défendre les supporters toulousains

Autre point souligné par l’association, l’attractivité du club. Dans une ville où le rugby règne en maître dans le cœur des Toulousains, le football avait réussi à se faire une place dans le paysage sportif de la ville. Ainsi des soirées inoubliables avec un Stadium plein et une ambiance galvanisante ont montré le potentiel du club à unir ses fidèles. Mais aujourd’hui, cette époque semble lointaine. L’ADIST constate que « le public n’est pas plus nombreux que les saisons précédentes, au contraire. Le nombre d’abonnés et les invitations que le club s’est remis à distribuer ces derniers temps ne trompent plus personne quant à la faiblesse des affluences ainsi qu’à la qualité de l’accueil réservé aux supporters comme aux spectateurs les soirs de matchs. »

Une direction sans ambition

Annoncé en grande pompe, l’arrivée du club-partenaire n’a vraisemblablement pas eu lieu. Aucune annonce officiel n’est venu scellé cette première pour ce club octogénaire. Sur ce point, la structure dénonce une « navigation à vue » de la part des gestionnaires du club. Même constat au sujet de la formation de jeunes joueurs. L’ADIST reproche à la direction de faire signer des joueurs du centre de formation avant même de les intégrer au groupe. Un contraste saisissant avec Jean-Clair Todibo, « rare satisfaction dans l’effectif », qui n’est toujours pas parvenu à un accord. Le groupe exprime sa sensation que les dirigeants « de subir les évènements (« tiens, ce joueur n’est finalement pas mauvais, faisons-le jouer ! ») plutôt que de les construire de façon réfléchie est également une constante. »

Lire aussi : La police charge les supporters à la sortie du Stadium

Enfin, l’associations des supporters du Téfécé pointe du doigt le manque de respectabilité du club. « Si ce club n’est pas respecté, c’est sans nul doute parce qu’il n’est pas respectable », dénonçant le « non-accueil » réservé à Daniel Congré, joueur historique du TFC, pour son ultime match de sa carrière au Stadium ; les plaintes déposés contre ses propres supporters et la manque de volonté de rétablir un dialogue avec les groupes de supporters, rompu il y a six mois.

L’ADIST pour ne pas déserter les travées du Stadium

Face à ces points noirs soulevés par l’ADIST, l’association propose deux solutions : « Continuer à râler dans nos coins, voire à déserter les travées du Stadium, et laisser ces dirigeants pousser ce club vers la fin prévisible et pathétique qui le guette depuis trop longtemps maintenant. Ou alors, s’organiser, se structurer, trouver des points d’accord et des causes communes à défendre pour l’ensemble des supporters. C’est ce que se veut être l’ADIST : défendre l’intérêt de l’ensemble des amoureux du football à Toulouse. » 

Lire aussi : L’Occitanie et Toulouse à l’honneur du Tour de France

Si en championnat les violets occupent une triste onzième place, ils ne pourront pas compter sur la coupe de la Ligue pour sauver leur saison. Le Téfécé s’est incliné contre contre une équipe de Ligue 2, Lorient (0-1), pour le compte des seizièmes de finale. La saison s’annonce longue et morose.

Étienne Lafage.