Flammarion, Nathan… ces éditeurs jeunesse qui soutiennent les migrants

Flammarion, Nathan… ces éditeurs jeunesse qui soutiennent les migrants

167
PARTAGER
Le 8 novembre, une alliance des principaux éditeurs jeunesse – distribués dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques – publie une nouvelle édition de leur petit livre en faveur des migrants et des réfugiés, Eux c’est nous, paru il y a déjà trois ans.

À défaut de convaincre les parents des « bienfaits » de l’immigration, voici donc que le monde du livre cible les enfants, avec la manière douce et émotive en plus.

Cette fois le texte de Daniel Pennac et les illustrations de Serge Bloch sont accompagnés d’une lecture de Sandrine Bonnaire (à écouter ici), d’une nouvelle préface de Christophe Deltombe, le président de la Cimade, et de « fiches pédagogiques » disponibles en ligne. En effet, la Cimade, cette association qui œuvre pour les migrants, clandestins ou non, va se voir reverser, comme lors de la première édition, l’intégralité des bénéfices.

Lire aussi : Qui se cache derrière SOS Méditerranée ?

Que n’aurait-on dit si des éditeurs jeunesse publiaient des livres expliquant, d’une manière soft et accessible, les exactions commises ici en Allemagne, là en Angleterre, ou encore en France, par des gangs issus de l’immigration.

jeunesse
Vous avez dit pluralisme du monde de l’édition ?

Un silence embarrassant 

Contactée par Breizh-Info, l’attachée de presse des éditions Albin Michel, visiblement gênée, n’a pas souhaité répondre à leurs questions par oral. Le média breton lui a donc adressé ces dernières par écrit, demeurées pour le moment sans réponse. Pour information, voici les questions qui leur ont été posées :

Breizh-info.com : Tous les gros et moins gros éditeurs jeunesse s’unissent pour la cause des migrants et des réfugiés. N’est-ce pas un problème pour la démocratie, alors qu’une majorité des Français semble hostile à leur accueil ?

Breizh-info.com : Est-ce que le fait de vouloir, dans les écoles, bibliothèques, collèges, lycées, imposer un point de vue aux enfants, mineurs, et pas encore formés politiquement, ne relève pas d’une forme de propagande ?

Breizh-info.com : La Cimade, à qui vous reversez les bénéfices, œuvre également pour les migrants clandestins, en situation irrégulière sur le territoire français. Un choix assumé de la part des éditeurs que d’aider ceux qui bafouent la loi ?

Breizh-info.com : Comptez-vous également éditer un livre qui alerte parents et enfants sur les dangers qu’ils peuvent encourir du fait de la différence culturelle de certaines populations migrantes (explosion par exemple des agressions sexuelles en Allemagne, perception différente des droits des femmes selon la religion …) ?

Lire aussi : L’Aquarius subventionné par la région Occitanie

Nathalie Zylberman, des éditions Usborne, est la seule à avoir répondu : « Les éditeurs se sont engagés depuis de nombreuses années auprès de l’enfance en difficulté, d’abus de toutes sortes et des actes citoyens.

Nous œuvrons pour toutes les personnes qui sont en marge de la société qu’elles soient d’ici ou d’ailleurs. Avec ce livre, nous espérons que les enfants pourront avoir une vie décente et normalisée. 

Le ministère de l’Éducation approuve cette action et le livre est dans quasiment toutes les écoles de France, avec prescription. D’autres livres ont vu le jour sur des sujets importants et ont été vendus au profit de grandes causes. Nous voulons faire de cette action, un geste vers l’altérité. »

Pour les parents qui ne supportent plus que leurs enfants soient intoxiqués à l’école, dès le plus jeune âge, et qui voudraient qu’ils grandissent en paix, deux solutions désormais : se détourner de ces maisons d’édition, soutenir celles (il y en a très peu) qui ne se lancent pas dans des croisades politiques, ou mieux encore, monter la sienne.

Breizh-Info