Quand l’État encourageait les automobilistes à privilégier le diesel

Quand l’État encourageait les automobilistes à privilégier le diesel

251
PARTAGER
Diesel
Image d'illustration
À l’heure où le gouvernement justifie la hausse des prix du carburant pour lutter contre le réchauffement climatique, certains internautes s’amusent à déterrer quelques archives… Souvenez-vous dix ans plus tôt, l’État encourageait les automobilistes à privilégier le diesel.

Seul l’argument de la lutte contre le réchauffement climatique n’a pas changé en dix ans. L’État nous encourageait à rouler en diesel… et dix ans plus tard, il augmente la taxe sur les prix de tous les carburants pour les mêmes raisons.

Quand l'État conseillait de privilégier le diesel

Il y a dix ans, l'État conseillait les automobilistes de privilégier le diesel.

Publiée par Infos-Toulouse sur Samedi 10 novembre 2018

Une augmentation à visée écologiste, vraiment ? 

Pour autant, les recettes de la taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (TICPE), bien qu’elle comporte une composante carbone réglée en fonction des émissions de CO2, ne sert pas uniquement à financer la « transition énergétique ». En effet, d’après les calculs du rapporteur général du Budget au Sénat, seuls 7,2 milliards d’euros iront directement à la transition énergétique, sur les 34,8 que devraient rapporter la TICPE l’an prochain.

Lire aussi : CHU : inquiétantes révélations sur l’hôpital de Toulouse

Par ailleurs, il semblerait que cette hausse soit moins lié au réchauffement climatique… qu’à la taxe d’habitation. François Carlier, délégué général de l’association de défense des consommateurs CLCV, est revenu sur un rendez-vous de septembre de son organisation à Matignon: « Clairement, à Matignon ils nous ont dit : « Pour supprimer la taxe d’habitation pour 80% des Français, on a besoin d’augmenter de beaucoup les taxes sur les carburants. » »

Matignon s’est insurgé, ce vendredi matin, dénonçant une fake news.

Une journée de blocage est prévu sur le territoire national le 17 novembre, pour protester contre la récente hausse des prix du carburant.

Mathieu Vergez