Que se passera-t-il le 17 novembre, à Toulouse ?

Que se passera-t-il le 17 novembre, à Toulouse ?

3348
PARTAGER
17 novembre
Opération escargot improvisée sur le périphérique toulousain, samedi 10 novembre. Image: France 3 régions.
Hausse du prix du carburant, pouvoir d’achat en berne… trop c’est trop. Une mobilisation citoyenne est prévue samedi 17 novembre. Des rassemblements qui prévoient de bloquer plusieurs grands axes routiers sur tout le territoire national.

La grogne s’amplifie et l’organisation se peaufine. Suite à la hausse du prix des carburants, dû à l’augmentation des prix du brut, un mouvement spontané de citoyens, « les Gilets Jaunes« , a appelé à des actions de blocage sur la route, le 17 novembre. Et ce, sur tout le territoire national. Comme l’expliquent de nombreux internautes solidaires du mouvement, l’augmentation du prix des carburants n’est pas l’unique raison de la mobilisation, « mais seulement l’élément déclencheur ». C’est toute une politique, « responsable de la baisse du pouvoir d’achat par les taxes » qui est ici visé.

Le mouvement des « Gilets Jaunes » s’organise sur les réseaux sociaux, en particulier Facebook. Le mouvement à ceci de particulier qu’il est apolitique et n’a pas de leaders pré-définis, si ce n’est les créateurs des groupes sur les réseaux sociaux. Au sein de ce mouvement, y compris parmi les organisateurs, on y trouve « monsieur tout le monde » : professionnels de la route, employés, cadres, chômeurs… tous réunis et mobilisés pour la même raison: protester contre la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) et plus largement contre la baisse ressentie de leur pouvoir d’achat, comme en témoignent les mobilisés.

Lire aussi : Quand l’État encourageait les automobilistes à privilégier le diesel

« Je pense que les journaux et les politiques se trompent l’essence a été la goute (sic) d’eau qui a fait déborder le vase mais ce n’est pas le vrai problème c’est un ras le bol général […] Nous devons travailler trimer pendant 40 ans pour avoir droit à tout juste 1000 euros de retraite. Marre de ces injustices. » – publication de Christophe G., dans le groupe Facebook « Blocage 17 novembre Toulouse« .

Une carte interactive a été mise en place par des organisateurs afin de coordonner le mouvement sur tout le territoire. Elle affiche une carte de France parsemée de petits gilets jaunes disposées à chaque point de rassemblement. Chacun de ces points renvoie à un groupe Facebook. Elle montre notamment que le mouvement sera également présent sur l’île de la Réunion, et risque même de toucher la Belgique.

Ces groupes défendent vigoureusement leur caractère apolitique. Pour ce qui est du principal groupe toulousain, tous les utilisateurs de Facebook désirant s’y inscrire doivent s’engager au préalable à ne pas diffuser de propagande politique, ni à faire de récupération.

Le mouvement affiche également le soutien des syndicats de taxis, de chauffeurs VTC et de routiers. Les syndicats de police ont également appelé à ne pas verbaliser les manifestants le 17 novembre.

Avant-goût du 17: les manifestants se mobilisent déjà

Les manifestants se sont rencontrés ce week-end, samedi 10 novembre, à Toulouse, à l’occasion d’une réunion de préparation des actions du 17. Entre 350 et 400 personnes y étaient présentes, des micros étaient à disposition, et tout le monde a eu droit à la parole. Au programme de samedi prochain pour les manifestants: blocage des accès à la rocade, blocage des péages, couverture de radars. Afin de se prévenir d’éléments extérieurs susceptibles de commettre des dégradations qui porteraient préjudice au mouvement, les manifestants éviteront soigneusement le centre-ville.

Concrètement, plusieurs point de rassemblement sont prévus pour le samedi 17, à 7 heures du matin, surtout sur les parkings des principales grandes surfaces de la périphérie. Le lieu des blocages sera alors décidé sur place, et les manifestants partiront ensemble vers le lieu qu’ils auront décidé. Impossible, donc, pour l’instant, de connaître avec précision les lieux de blocage.

Carte des points de rassemblement diffusé sur le groupe Facebook « Blocage 17 novembre Toulouse »

Suite à ces réunions, les manifestants ont improvisé une opération escargot sur le périphérique toulousain, comme un avant-goût de ce qu’il se passera le samedi suivant.

Et après ?

Conscients que la seule journée du 17 novembre ne sera pas suffisante pour faire réagir le gouvernement, certains manifestants prévoient de poursuivre le mouvement dans la durée. Certains prévoient d’ores et déjà sac de couchage, vivres et même matériel de premier secours afin de pérenniser le mouvement. Des chauffeurs routiers ont notamment prévu une opération de blocage pour le lundi suivant, le 19 novembre.

Face à l’ampleur du phénomène, une forte mobilisation est à prévoir au moins pour le 17 novembre. Il est bien entendu déconseillé aux automobilistes d’espérer pouvoir circuler librement sur la rocade toulousaine ce jour-là.

Mathieu Vergez